Premièr voyage Africain du président François Hollande

Premièr voyage Africain du président François Hollande

Le président François Hollande à l’Elysée, le 9 octobre 2012
© AFP Patrick Kovarik

Le président de la république française entame aujourd’hui son premier voyage en Afrique. Il est attendu en fin de matinée dans la capitale sénégalaise, Dakar.

François Hollande s’adressera à l’Assemblée nationale sénégalaise.

Son discours est très attendu, en raison de l’indignation suscitée, il y a 5 ans, par les propos tenu par son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

Dans une allocution prononcée le 26 juillet 2007 à l’Université de Dakar, l’ancien président français avait déclaré : « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. »

Il poursuivit son propos en relevant : « le problème de l’Afrique, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance. »

« Dans cet imaginaire où tout recommence, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. »

Dans une interview accordée à la presse française jeudi, François Hollande a signifié qu’il se rendait en Afrique « pour tenir le discours de la franchise, de la transparence, du respect. »

Dans cet entretien, M. Hollande donne une réponse anticipée aux organisations de la société civile qui exigent qu’il demande des excuses pour les propos tenus, il y a 5 ans, par son prédécesseur : « je ne viens pas faire un discours pour effacer un précédent. »

L’étape finale de cette première sortie de François Hollande en Afrique, depuis son élection, est Kinshasa.

Il prendra part au XIVème sommet des chefs d’Etat et de gouvernements de la Francophonie.

Là aussi, les gestes et propos du locataire de l’Elysée seront épiés.

Il avait provoqué une polémique par une phrase prononcée cette semaine : « la situation est tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l’opposition » en République démocratique du Congo.

Kinshasa avait vivement réagi à ces déclarations, les qualifiant d’ »excessives et hâtives. »

Suspicieux, le porte-parole du gouvernement congolais avait même accusé le président Hollande de n’entendre qu’un « seul son de cloche », celui de ses « amis dans l’opposition. »

C’est donc un président « normal » qui est attendu en Afrique où beaucoup de voix s’élèveront pour lui réclamer aussi des actes : ceux qui matérialiseront le changement qu’il a promis dans les relations entre la France et ses anciennes colonies du continent.

Avec  Bbc

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
FrancophoniehollandeRDCvoyage

Related Articles

Guinée-Bissau : Le nouveau gouvernement connu après deux mois de crise

Après deux mois de crise politique consécutive à la destitution, mi-août, par le président José Mario Vaz de son Premier

Le bateau combattant se vide à vitesse grand « V »

Mardi 11 octobre 2011 à 6 heures du matin, la police anti-terrorisme de France était rentrée en action avec plusieurs arrestations dans

Ghana: Le président Mahama investi, l’opposition boycotte la cérémonie

Le président ghanéen John Dramani Mahama a prêté serment lundi en présence de chefs d’Etat africains et d’une foule de

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Moses Tshimombo
    Moses Tshimombo 12 octobre, 2012, 14:35

    A`mon avis Hollande joue une excellente carte pour la reussite de sa mission de son voyage dont plusieurs ont conteste’ que de`s la proclamation de ce dernier. C,est ainsi qu,il organise a`titre d,aveuglement des rencontres non fecondes avec l,opposition!! Vraiment, d,apres moi, l,opposition ne doit pas perdre son temps d,aller visiter Hollande, par contre il faut se faire sentir par un langage dit facile a`comprendre qui est: » ViOLAnCe »

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*