Le président nigérien « exhorte » l’armée à libérer 39 otages aux mains de Boko Haram

[GARD align= »center »]

Le président du Niger Mahamadou ISSOUFOU / Photo : Jean-Christophe MARMARA/LE FIGARO

Le président Mahamadou Issoufou a exhorté mercredi soir son armée à « tout mettre en oeuvre » pour libérer les 39 personnes – 33 femmes et 6 garçons – enlevés début juillet par le groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans un village du sud-est.

« J’exhorte nos Forces de défense et de sécurité (FDS) à tout mettre en oeuvre en vue de créer les conditions de leur libération et de leur retour dans leur foyer respectif », a déclaré M. Issoufou dans un message radio-télévisé à l’occasion du 57e anniversaire de l’indépendance du Niger, ancienne colonie française.

« C’est le lieu d’avoir une pensée » pour les « 39 femmes et enfants enlevés par Boko Haram le 2 juillet 2017 à N’Galéwa », a-t-il souligné.

M. Issoufou a assuré que « l’organisation » Boko Haram « a été fortement affaiblie » par les « actions » de la force régionale créée en 2015 par les pays riverains du lac Tchad: Niger, Nigeria, du Tchad et Cameroun.

« Le regain d’attentats-suicides observés ces derniers temps n’est qu’un signe d’agonie et de désespoir » de Boko Haram, a-t-il assuré.

La semaine passée, des organisations féminines nigériennes ont appelé Niamey à s’engager davantage en faveur de la libération des 39 otages.

« Trois semaines après cet acte crapuleux, colère et indignation sont lessentiments qui nous animent devant le faible niveau d’engagement des autoritésen vue de leur libération », ont indiqué dans un communiqué plusieurs Organisations féminines basées à N’Guigmi, situé dans la région de Diffa(sud-est du Niger), proche du Nigeria.

Le gouvernement avait assuré que « les forces de défense et de sécurité » étaient « activement engagées dans la recherche des personnes enlevées » et qu’il « ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de cette opération ». Selon une source sécuritaire, les recherches sont concentrées dans les zones marécageuses du lac Tchad, situées à cheval entre le Niger, le Tchad et le Nigeria. Des zones difficiles d’accès où Boko Haram a déjà commis de nombreuses attaques meurtrières.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Boko Haram

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Côte d’Ivoire : Ouverture du 9ème salon de l’African télécom people à Abidjan

Les portes de la 9ème édition de l’African télécom people 2013 sont ouvertes depuis ce mardi 1 octobre à Abidjan.

Mali: des jihadistes présumés prennent le contrôle d’une ville proche de la Côte d’Ivoire

Des hommes armés soupçonnés d’être des jihadistes ont pris dimanche le contrôle d’une partie de la ville malienne de Fakola,

Sommet Europe-Afrique : Robert Mugabe sera bel et bien de la partie

[GARD align= »center »] Il y a quelques jours, Oeil d’Afrique vous informait que l’Union africaine (UA) menaçait de boycotter le sommet

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*