Présidentielle au Niger : Issoufou promet une réélection « dès le premier tour »

[GARD align= »center »]

Issoufou Mahamadou

Le président du Niger Mahamadou Issoufou

Le président nigérien a également « souhaité » que la campagne électorale lancée samedi « se déroule dans la paix » et « dans l’apaisement ».

Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui brigue un second mandat lors de l’élection du 21 février, a promis dimanche à ses partisans une victoire « dès le premier tour ».

« Nous allons passer dès le premier tour », a lancé le président sortant, lors d’un meeting devant plus de 2.000 personnes réunies dans la salle du Palais des Congrès de Niamey.

M. Issoufou a notamment mis en avant « son bilan positif » à la tête du pays qui constitue « des atouts » à même de lui « assurer » une réélection pour un deuxième quinquennat.

M. Issoufou a « souhaité » que la campagne électorale lancée samedi « se déroule dans la paix » et « dans l’apaisement ». 

« Je souhaite que cette campagne soit l’occasion de débats programme contre programme » et qu’elle « ne se réduise pas à des insultes », a-t-il lancé.

Samedi, M. Issoufou avait tenu un meeting électoral à Diffa, une région située dans le sud-est et proche du Nigeria, victime depuis 2015 d’attaque meurtrières des islamistes armés de Boko Haram, selon la télévision d’Etat.

L’opposition a répété à maintes reprises qu’elle estimait une réélection de M. Issoufou « impossible ». 

Le pays est « victime » de « la mal gouvernance », de « l’excessive paupérisation du monde rural » et de « la corruption », a dénoncé Seïni Oumarou, un des favoris de l’élection lors d’un meeting samedi au même Palais des Sports de Niamey. D’après l’opposant « tous ces maux plaident en faveur » de sa propre élection. 

Pour faire barrage au président sortant, quatre candidats de l’opposition, dont Seïni Oumarou et Hama Amadou, incarcéré depuis plus de deux mois, ont signé une alliance prévoyant d’appeler à voter pour celui qui serait le mieux placé en cas de deuxième tour.

MM. Oumarou et Amadou étaient arrivés respectivement deuxième et troisième lors de la présidentielle de 2011, avec 23% et 19,81%.

Hama Amadou avait alors décidé de soutenir Mahamadou Issoufou crédité de 36,16%. Ce soutien avait été déterminant dans la victoire finale de M. Issoufou.

Près de 7,5 millions d’électeurs doivent choisir entre 15 candidats lors du scrutin présidentiel qui sera couplé aux législatives.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.



[fbcomments]

Related Articles

Échec de la réforme constitutionnelle: Patrice Talon met en doute son mandat unique

[GARD align= »center »] Le président Patrice Talon a enterré définitivement son projet de révision de la Constitution. Après le rejet du

La justice ivoirienne rejette la candidature de Gbagbo à la tête de son parti

 [GARD align= »center »] La justice ivoirienne a rejeté lundi la candidature de l’ex-président Laurent Gbagbo, emprisonné à la Cour pénale internationale

Togo : Fabre accuse le régime la sortie illicite de 8233 milliards FCFA du pays

 [GARD align= »center »] Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition parlementaire togolaise a présenté mardi l’état des comptes du Togo

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*