Présidentielle en Gambie: Yahya Jammeh face à une coalition de sept partis

[GARD align= »center »]

gambie: Le président gambien President Yahya Jammeh

Le président gambien President Yahya Jammeh |DR

Le scrutin présidentiel en Gambie se déroulera le 1er décembre 2016. L’APRC, parti au pouvoir depuis 1996, a déjà choisi son candidat. Il s’agit de Yahya Jammeh qui brigue un cinquième mandat. De son côté, l’opposition s’organise. Elle a désigné Alpha Barrow du Parti démocratique uni (UDP) comme son porte-drapeau pour tenter de déboulonner le président sortant.

Nouveau chef du Parti démocratique uni (UDP) après la condamnation, en juillet dernier, à trois ans de prison de Oussainou Darboe, Alpha Barrow, 51 ans, va diriger

la coalition de l’opposition à l’élection présidentielle gambienne de début décembre prochain. Il a été choisi dimanche à l’issue du vote des  délégués des sept principaux partis de l’opposition. Sur 490 voix, le candidat de l’UDP en a obtenu 308. Alpha Barrow

a été suivi par le leader du Parti de réconciliation nationale (PNR), Hamath Ba, qui a obtenu 72 délégués.

Lors de l’élection présidentielle de 2011, le chef du PNR était à la tête d’une coalition de quatre partis -PDOIS, PNR, GPDP et NADD-. A l’époque, il avait obtenu

11% des voix face à Yahya Jammeh crédité de 72% des suffrages.

La nouvelle loi électorale, votée presque en catimini, contre laquelle manifestaient Oussainou Darboe et ses militants en avril dernier, impose désormais aux

candidats à la présidentielle de s’acquitter d’une caution de 500.000 Dalasis, soit l’équivalent de 12.500 dollars US. Pour prétendre au fauteuil, le candidat à la magistrature suprême doit aussi verser 12500 dollars US pour renouveler la reconnaissance légale

du parti avant  d’installer des sièges agréés dans les sept régions de la Gambie.

Quelque 860 mille électeurs sont enregistrés au fichier électoral, selon la Commission électorale indépendante.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
gambiepresidentielleYahya Jammeh

[fbcomments]

Related Articles

Gaza: arrivée du chef de la diplomatie tunisienne

Le chef de la diplomatie tunisienne Rafik Abdessalem est arrivé samedi matin à Gaza, via le point de passage de

Nigéria: l’ancien président accusé de financer les rebelles du Delta du Niger

[GARD align= »center »] Depuis février, un nouveau groupe de rebelles, les Vengeurs du delta du Niger (NDA), s’attaque aux groupes pétroliers

Prise d’otages au Kenya: « les dirigeants africains sont responsables de cette situation » dit Patrick Mbeko

Ce qui s’est passé au Kenya est inadmissible. Des innocents ont été tués gratuitement. Nous avons tous condamné les milices

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*