Présidentielle malienne: Bureaux fermés et pagaille indescriptible à Paris

Présidentielle malienne: Bureaux fermés et pagaille indescriptible à Paris

Le vote des Maliens de France pour l’élection présidentielle au Mali a démarré dans la confusion dimanche au consulat général de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), de sorte qu’à la mi-journée seulement une poignée d’entre eux avaient pu voter.

Vers 11H00, moins de 30 personnes avaient pu déposer leur bulletin dans les six bureaux de vote du consulat alors qu’au moins 29.000 cartes d’électeurs vivant en France avaient été préparées pour le scrutin, selon un décompte de l’AFP.

Des bureaux qui devaient ouvrir dans au moins quatre foyers de la région parisienne où vivent des Maliens ont été rapatriés à la dernière minute à Bagnolet.

D’autres électeurs ont dit avoir trouvé porte close dans différents bureaux de vote, comme à l’ancien consulat dans le XIXe arrondissement, et venaient donc chercher fébrilement sur les listes s’ils étaient inscrits à Bagnolet. Ils repartaient souvent bredouilles ou tentaient leur chance ailleurs.

En début de matinée, plusieurs centaines de Maliens – officiellement 200.000 en France selon le consulat -, se pressaient devant le bâtiment, y accédant par petits groupes.

« Les gens sont motivés pour voter et l’administration malienne ne fait pas son boulot, c’est inadmissible », tempêtait Dionkonda Sissoko, déléguée du RPM, le parti d’Ibrahim Boubacar Keïta, l’un des favoris.

Un représentant du consulat a fait valoir auprès de l’AFP que l’annulation du vote dans certains foyers avait été annoncée sur différentes chaînes de télévision maliennes, et déploré que les gens ne se soient pas mieux renseignés sur leur bureau de vote avant de se précipiter.

La confusion a fait que les premiers votes ont seulement eu lieu vers 10H20, a constaté l’AFP, alors que les bureaux étaient censés ouvrir à 08H00.

Le déménagement des deux bureaux depuis le foyer de travailleurs de Montreuil, l’un des centres névralgiques de la communauté malienne de France, n’est intervenu que dimanche matin. Il a ainsi fallu trouver d’autres assesseurs à Bagnolet, installer urne et isoloir avant de pouvoir faire voter les premiers inscrits.

Déjà, la distribution des cartes d’électeurs cette semaine, s’était révélée très compliquée, suscitant la colère et l’incompréhension de milliers de Maliens n’ayant pu récupérer ce sésame.

(AFP)

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
éléctionmaliparis

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 04 novembre 2016

[GARD align= »center »] Afrique du Sud: Multiplication des appels à la démission du président Zuma Depuis mercredi 2 novembre, les appels

Massacre de Marikana: la chef de la police sud-africaine suspendue

Plus de trois ans après le massacre de mineurs par la police à Marikana, le président sud-africain Jacob Zuma a

Une télévision satellitaire islamique pourrait voir le jour

L’ambition a été exprimée par les cinquante-sept ministres de la Communication des pays membres de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), réunis

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*