Procès à la CPI:Serein, Gbagbo attend l’heure de vérité

Procès à la CPI:Serein, Gbagbo attend l’heure de vérité
Gbagbo attend l’heure de vérité

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale de La Haye, le 5 décembre 2011

Depuis octobre 2011, magistrats, juristes et enquêteurs de la Cour pénale internationale (CPI) préparent dans le plus grand secret l’audience, initialement prévue le 13 août, au cours de laquelle l’ancien président Laurent Gbagbo se présentera devant ses juges. Enquête.

Dans sa prison de Scheveningen, Laurent Gbagbo attendait son audience du 13 août dans le calme et la sérénité. L’ancien professeur d’histoire, philosophe à ses heures, avait même adopté une devise –  » Fais ce que tu dois, advienne que pourra  » – empruntée à la famille Pérusse des Cars, qui a fourni à la France de valeureux militaires, de brillants intellectuels et de courageux serviteurs de l’État, du temps des croisades jusqu’à la Ve République. Mais le 3 août au matin, ses avocats lui auront finalement obtenu un nouveau répit. L’audience a été reportée sine die par la Cour pénale internationale (CPI) pour des raisons de procédures liées à l’état de santé du prévenu.

Transféré dans la banlieue de La Haye, aux Pays-Bas, en novembre, le plus célèbre pensionnaire de la CPI avait eu le temps de préparer sérieusement sa défense. Me Altit, son principal défenseur, lui avait méticuleusement décrit le déroulement de l’audience, les pièges à éviter et l’attitude à adopter. Une sorte de répétition pour une séquence qui devait durer plusieurs jours. Gbagbo devait séduire son auditoire, développer ses arguments sans heurter les juges. ’’ Quoi qu’il en soit, il est confiant et donnera sa version des faits ’’, explique l’un de ses proches.

À quelques kilomètres de Scheveningen, le nouveau procureur de la CPI, Fatou Bensouda, était elle aussi prête. La Gambienne a consacré énormément de temps à l’affaire Gbagbo. Sérieuse, appliquée, déterminée, elle sait que ces premiers pas, devant toutes les caméras de la planète, marqueront son début de mandat. Un bon départ lui permettrait de travailler dans la sérénité alors que la CPI a été décriée durant les deux dernières années du mandat de son très médiatique prédécesseur, l’Argentin Luis Moreno-Ocampo. Au nom des victimes, Bensouda mettra toute son énergie pour convaincre les juges de confirmer les charges qui pèsent contre l’ancien président ivoirien et d’ouvrir un procès.

Depuis le mois d’octobre 2011, une vingtaine de magistrats, juristes et enquêteurs ont préparé dans le plus grand secret cette audience avec l’appui des autorités ivoiriennes. De très nombreuses missions  » in situ  » pour recueillir des preuves ont été menées. Des témoignages écrits de victimes et de prisonniers ont été versés au dossier. Des rapports et des vidéos (plus de 400) ont donné lieu à la rédaction d’un document remis aux juges et à la défense. À cela s’ajoutent plus de 9 000 pages d’annexes, classées, pour certaines, confidentiel.

Quotidienlematinal

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
CPIGbagboprocès

Related Articles

RDC: majorité et opposition divisées sur la médiation de Sassou Nguesso aux concertations nationales

La majorité présidentielle (MP) et l’opposition congolaise sont divisées sur la disponibilité du président de la République du Congo, Denis

Teodoro Obiang à la vice-présidence : Un pas de plus vers le pouvoir

Néopatrimonial géré au bénéfice d’une et une seule famille. En effet, les forces de sécurité sont dirigées par le petit

Le président sud-africain a pris une quatrième femme

Le président sud-africain, Jacob Zuma, a pris vendredi une quatrième épouse lors d’une cérémonie traditionnelle zouloue qui a marqué le

1 commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*