Procès contre Karim Wade: un scandale de corruption touche la justice

Procès contre Karim Wade: un scandale de corruption touche la justice
Karim Wade

Karim Wade à son arrivée le 31 juillet 2014 au tribunal à Dakar | AFP

Un informaticien de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), qui va délibérer le 23 mars 2015 dans l’affaire de l’ancien ministre Karim Wade, vient d’être mis aux arrêts. L’homme qui gère les fichiers informatiques de la Cour, est soupçonné d’avoir «vendu » des données aux avocats du fils de l’ex-Président Abdoulaye Wade.

C’est le journal L’As qui soulève le lièvre. L’affaire fait, dès lors, grand bruit. Déjà, la Direction des investigations criminelles soupçonnait l’informaticien de livrer discrètement des informations à Me Seydou Diagne, l’un des avocats de Karim Wade. Plusieurs échanges téléphoniques entre l’avocat et le mis en cause, ont été relevés par les enquêteurs. Des relations qui signalent que le juge Henri Grégoire Diop, a prévu de suivre le réquisitoire du Procureur spécial à la CREI.

En effet, le procureur spécial, Cheikh Tidiane Mara, a requis sept ans de prison contre Karim Wade, une amende de 250 milliards de francs Cfa, la confiscation de tous les biens présents du fils de l’ex-président de la République Abdoulaye Wade, ainsi que la privation totale de tous ses droits prévus par l’article 34 du Code pénal.

Donc, l’informaticien est poursuivi pour «violation des secrets de délibérations collectées et traitement déloyal des données à caractère privé».

Pour sa part, l’avocat Seydou Diagne rejette les accusations et estime qu’il s’agit d’une manipulation d’Etat.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Karim Wade

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Togo : Me Dodji Apévon dénonce le statut de chef de file de l’opposition

[GARD align= »center »] Le décret relatif au statut de l’opposition et des dispositions concernant les droits et devoirs du  chef de

Burkina Faso : Le Procureur général conclut à un homicide volontaire sur le juge Nébié

[GARD align= »center »] Dans la nuit du 24 mai aux environs de 20 heures 19 minutes, le corps sans vie de

Mali: cinq morts dans une marche à Gao

Des populations qui manifestaient, mardi à Gao, contre le projet d’accord de zone de sécurité temporaire ont  vu des forces

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*