Procès Gbagbo/Blé Goudé à La Haye: le porte-parole du parti de Ouattara décide de « témoigner à visage découvert »

[GARD align= »center »]

l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo

L’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo

Joël N’Guessan, porte-parole du Rassemblement des républicains (Rdr), le parti du chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara, annonce avoir décidé de « témoigner à visage découvert », à la Cour pénale internationale (Cpi), contre l’ancien président Laurent Gbagbo et l’un de ses proches, Charles Blé Goudé, qui comparaissent depuis le 28 janvier 2016 pour « crimes contre l’humanité » lors des violences postélectorales de 2010-2011, dans un communiqué.

« Après avoir suivi quelques interventions des dix premiers témoins sur plus de la centaine annoncée par la Cour pénale internationale (Cpi), j’ai pris la décision de témoigner, mais à visage découvert », a déclaré M. Joël N’Guessan.

M. N’Guessan, secrétaire général adjoint du Rdr, assure vouloir témoigner pour libérer sa « conscience et soulager un temps soit peu les parents » de ses collaborateurs morts pour lui, estimant que « ce procès est trop sérieux pour être perçu comme un meeting politique avec son corollaire de passions chez les foules de partisans ».

« Il s’agit de dire ce que j’ai entendu, su, ressenti et vécu avant, pendant et après notre crise post-électorale. Il s’agit aussi pour moi d’honorer la mémoire de mes ex-collaborateurs Franck N’Douba, Traoré Zié, Koné Yacouba et Arsène Yapo, abattus froidement sous mes yeux » le 8 avril 2011 et cela « ne saurait être passé sous silence », a-t-il dit.

L’ex-ministre ivoirien des Droits de l’homme, qui a déjà témoigné dans le procès en assises de l’ex-Première dame Simone Gbagbo, accusée de « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » par les autorités ivoiriennes, compte témoigner sur ces violences postélectorales qui ont officiellement fait plus de 3.000 morts.

CunoTarfusser, le juge-président dans le procès Laurent Gbagbo et Blé Goudé, a décidé que les audiences se déroulent à huis clos, en raison de la diffusion de l’identité des témoins sur les réseaux sociaux, ce qui expose ces personnes qui constituent une « preuve » que la Cour peut consulter à tout moment.

Pour Joël N’Guessan, « sans témoignage, il n’y a pas de justice ni pour les prévenus ni pour les victimes » et toutes les «déclarations extérieures ne peuvent en rien influencer le cours de ce procès » qu’il souhaite « équitable, transparent et juste dans l’intérêt de la vérité et surtout dans l’intérêt des nombreuses victimes » de la crise.

Erick de Baru
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE
[GARD align= »center »]

Tags assigned to this article:
Blé GoudéCPIGbagboHAYEouattaraprocès

[fbcomments]

Related Articles

CÔTE D’IVOIRE: Les étudiants reprennent le chemin de l’université

 Fermés depuis deux ans, après la sanglante crise politique, les établissements publics d’enseignement supérieur ont rouvert leurs portes le 3

Côte d’Ivoire: le parti de Gbagbo boycotte les locales du 21 avril

Le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, principale formation d’opposition en Côte d’Ivoire, a annoncé jeudi qu’il boycottait les élections régionales

Burkina: mandat d’arrêt international contre l’épouse du chef putschiste Gilbert Diendéré

La justice militaire a lancé un mandat d’arrêt international contre Fatou Diendéré née Diallo, l’épouse du général Gilbert Diendéré, le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*