Processus de régularisation des sans-papiers au Maroc : les candidats se bousculent aux portillons!

Processus de régularisation des sans-papiers au Maroc : les candidats se bousculent aux portillons!

[wp_ad_camp_3]

immigration au Maroc

(Photo d`archive utilisée juste à titre d`illustration)

Depuis le 2 janvier dernier, les grandes villes du Maroc vivent au rythme des enregistrements des sans papiers en vue de l’octroi de la carte de séjour. Pour ne pas rater une  opportunité de paisible séjour sur le territoire marocain, les candidats se pressent!

Préfecture de Hay Hassani à  Firdaous, quartier de Casablanca, capitale économique du Maroc, ce lundi de début janvier. Depuis cinq heures du matin, des nombreux étrangers, des ressortissants d’Afrique subsaharienne particulièrement, affluent par groupe d’affinités nationales. Sénégalais, ivoiriens, maliens, camerounais, guinéens, congolais de deux bords etc. font la queue non sans bousculade.

‘’Je suis venu ici me faire enregistrer pour avoir la carte de séjour’’, lance Papa Issa Keita. Ce jeune  sénégalais de 25 ans, footballeur de son état, est arrivé au Maroc pour tenter sa chance dans le Botola 1er ligue, championnat marocain de football. Mais, faute de contrat avec un club, il a dû se contenter d’un travail, dans le noir, comme gardien dans un restaurant. ‘’Mais, malgré ce travail là, je vis ici depuis deux ans sans carte de séjour’’, renchérit-il.

Dans la foule, il y a aussi Alain, un congolais, qui attend, lui aussi, depuis plusieurs heures pour être enregistré. ‘’Je sui arrivé ici à 4 heures du matin mais il y avait déjà du monde et j’attends mon tour  pour savoir comment ça se passe’’, raconte-t-il. En somme, comme Alain, beaucoup sont là sans comprendre de quoi il s’agit. Certains croient que c’est pour obtenir automatiquement la carte de séjour. Mais, en somme, il ne s’agit que d’une opération d’enregistrement.

La régularisation obéît à des critères

Selon un fonctionnaire du ministère de l’intérieur, qui a requis l’anonymat, cette opération de régularisation se fait en plusieurs phases. ‘’Quand ils viennent se faire enregistrer, nous leur donnons d’abord un formulaire qu’ils doivent aller remplir. Nous leur fixons ensuite un rendez-vous pour déposer leur dossiers et leur délivrer un récépissé attestant qu’ils ont introduit la demande de carte de séjour’’. Opération qui ne garantit cependant pas le bénéfice automatique de la carte de séjour.

En effet, les autorités marocaines ont fixé des critères que le candidat à la carte de séjour doit remplir pour espérer le précieux sésame. ‘’Cette opération concerne des étrangers conjoints de marocains justifiant de 2 ans de vie commune, des étrangers conjoints d’autres étrangers  justifiant  de 4 ans de vie commune, les enfants issus des deux cas précités, les étrangers disposants d’un contrat de travail d’au moins deux ans, les étrangers vivant au Maroc depuis 5 ans et ceux qui atteints de maladies graves et se trouvant sur  le territoire marocain avant le 31 décembre 2013’’, souligne Anis Birrou, ministre des Marocains de l’Etranger et des Affaires de la Migration.

[wp_ad_camp_2]

Bien des candidats à l’immigration se voient donc exclus du processus et le mécontentement d’enfler. ‘’Ce n’est pas juste cette histoire des critères’’, déplore Moussa, un malien qui n’est au Maroc que depuis deux et qui ne répond à aucun critère de régularisation. Sentiment qu’étreigne aussi Abou, un ivoirien. ‘’Ils soutiennent vouloir  régulariser les gens mais avec tous ces critères, je ne suis pas certain que grand monde va avoir la carte de séjour’’, renchérit-il. Mais, les autorités rassurent. ‘’Ces critères ne sont pas immuable’’; avise le préfet de la Wilaya de Rabat Salé.

Dans le cadre de la journée des parlementaires sur l’immigration tenue le mercredi dernier, des organisations de défense des migrants ont exigé des députés marocains de voter urgemment la loi sur l’immigration et en incluant les catégories des migrants qui se disent exclus du processus de régularisation. Présent à cette rencontre, le ministre en charge des affaires des migrants a promis de travailler en collaboration avec les élus marocains afin d’assouplir la loi qui sera votée pour qu’un maximun des migrants aient donc droit à la carte de séjour et, par ricochet, accès légalement  au marché de l’emploi.

Mohamed Mboyo Ey’ekula
Maroc – Oeildafrique.com

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Journaliste - Politologue.


Tags assigned to this article:
immigrationMarocrégularisation

Related Articles

Au Maroc, un violeur ne pourra plus échapper à la prison en épousant sa victime

[GARD align= »center »] Les députés marocains ont voté mercredi soir en faveur d’un amendement du code pénal afin que l’auteur d’un

Tunisie: le Premier ministre s’engage sur le « principe » d’une démission

Le Premier ministre islamiste tunisien s’est engagé mercredi sur « le principe » d’une démission du gouvernement dans l’espoir que cette concession

Sahara occidental: le roi du Maroc appelle à la fin de « l’économie de rente »

Le roi Mohammed VI a appelé à la fin de « l’économie de rente » afin de favoriser le développement du Sahara

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*