Alerte Infos

Purge au Zimbabwe: la vice-présidente et huit ministres limogés

Purge au Zimbabwe: la vice-présidente et huit ministres limogés

[GARD align= »center »]

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a limogé mardi sa vice-présidente Joice Mujuru, avec qui il est en conflit ouvert, ainsi que huit ministres proches d’elle, a annoncé le gouvernement.

Le président RG Mugabe a exercé ses pouvoirs exécutifs pour libérer l’honorable Joice Mujuru (…) de son poste de vice-présidente de la République du Zimbabwe, avec effet immédiat, a indiqué dans un communiqué le secrétaire en chef du gouvernement, Misheck Sibanda.

Il est devenu évident que sa conduite dans l’exercice de ses fonctions était devenue incompatible avec le niveau attendu, présentant un conflit entre les responsabilités officielles et des intérêts privés, a-t-il ajouté.

Joice Mujuru, longtemps considérée comme probable héritière du vieux président Robert Gabriel Mugabe, était soumise depuis plusieurs semaines à un feu nourri d’une partie de la Zanu-PF, le parti dominant au Zimbabwe.

Elle a été accusée pêle-mêle d’incompétence, de corruption et de complot pour assassiner le père de l’indépendance du pays, qui, à 90 ans, est au pouvoir depuis 1980.

Le congrès de la Zanu-PF, la semaine dernière, l’avait déjà exclue du comité central, tandis qu’il reconduisait M. Mugabe à la tête du parti et plaçait son épouse Grace à la tête de l’influente Ligue des femmes.

Mr et Mme Mugabe n’avaient pas été avares de critiques à l’égard de Joice Mujuru, veuve d’un ancien compagnon d’armes du président, décédé en 2011 dans le mystérieux incendie de leur maison.

Robert Mugabe a également congédié mardi huit ministres proche de Mme Mujuru (Affaires présidentielles, Information et Communication, Indigénisation, Education supérieure, Services publics, Energie et province du Mashonaland oriental).

La Zanu-PF est déchirée depuis plusieurs années par une guerre de succession, opposant notamment Joice Mujuru et le ministre de la Justice Emmerson Mnangagwa –qui dans le passé a contrôlé la police secrète et l’armée–, pour remplacer un jour M. Mugabe.

Emmerson Mnangagwa, qui à 68 ans vient d’être nommé au comité central du parti, semble maintenant bien revenu dans la course.

Robert Mugabe doit désigner mercredi ou jeudi les deux nouveaux vice-présidents de la Zanu-PF, de même qu’il doit compléter son équipe gouvernementale.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
zimbabwe

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 05 octobre 2016

[GARD align= »center »] RDC: Joseph Kabila évoque publiquement les élections La parole publique du président de la République démocratique du Congo

Ebola: fin de l’épidémie en Guinée

[GARD align= »center »] La Guinée est exempte de la transmission du virus Ebola, a annoncé mardi l’Organisation mondiale de la santé

Après la démission de Benoît XVI, des voix s’élèvent pour réclamer un pape africain

Après l’annonce lundi de la démission de Benoît XVI, des voix s’élèvent pour réclamer un Africain comme prochain Pape. Le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*