Putsch manqué au Burkina Faso: un nourrisson né avec une balle aux fesses

Image d'archives |DR

Image d’archives |DR

Le putsch manqué du 16 septembre 2015 contre les autorités de la transition au Burkina Faso, n’a pas fini de livrer ses secrets. Tandis que le général Diendéré, cerveau principal du coup d’Etat, a été inculpé de 11 crimes, Amnesty vient de dresser le bilan du putsch: 14 personnes ont été tuées et un nourrisson  né avec une blessure par balle.

Au moins deux enfants ont perdu la vie parmi les 14 personnes tuées dans le putsch mené par le  général Gilbert Diendéré.  Ce dernier qui a dirigé les services de renseignement du Burkina pendant trois décennies était le patron du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), qui a opéré le coup d’Etat avorté. Selon Amnesty International, l’ancienne garde présidentielle du Burkina Faso a fait preuve d’un mépris flagrant pour la vie humaine, blessant des centaines de personnes par des coups et des balles, dont un nourrisson  né avec une blessure par balle.

Selon le rapport d’Amnesty, le 18 septembre dernier, une femme enceinte a reçu une balle dans le ventre, alors qu’elle se trouvait dans sa maison au quartier Nonsin, à Ouagadougou. «La balle a percé son utérus et nous avons dû procéder à une césarienne. Le bébé est né avec une blessure par balle à la fesse gauche», a raconté la sage-femme qui a suivait la maman du nourrisson. Au cours de cet événement politico-militaire, des chaînes de radio et de télévision ainsi que des journalistes ont vu leur matériel être détruit par les éléments du RSP, selon l’ONG, qui réclame une commission d’enquête sur les violations des droits humains.

«Les autorités de transition du Burkina Faso doivent veiller à ce que toutes les violations des droits humains commises par les forces de sécurité, notamment les crimes relevant du droit international, fassent l’objet d’enquêtes indépendantes et impartiales menées par une commission élargie», a déclaré Alioune Tine, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Burkina Faso

wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

La CEDEAO tente de rapprocher le pouvoir et de l’opposition guinéenne

Une délégation de la Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), composée d’une dizaine de diplomates des pays membres

Affaire fin de mandat de la mission onusienne en Côte d’Ivoire: Des agents licenciés portent plainte

[GARD align= »center »] Des centaines d’ex-employés de la mission onusienne en Côte d’Ivoire, licenciés dans le cadre de la fin de

Côte d’Ivoire : Ouattara « ne peut plus être à la tête du pays » (opposant)

[GARD align= »center »] Anaky Kobenan, un ancien membre de la plateforme des houphouétistes, la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire, a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*