Qui va payer le surplus de cacao des Ivoiriens ?

[GARD align= »center »]

cacao en cote d'ivoire

(Image d’archives)

Qui va payer le surplus de cacao des Ivoiriens ? Plus de trois mois que la crise du cacao dure. Le cacao des braves paysans ivoiriens se trouve dans les champs, se trouve à quai, cherchant désespérément acheteurs. Dans cette faillite, des boucs-émissaires sont pointés du doigt. Ali le libanais sera arrêté puis mis aux arrêts. Cela ne change en rien le spectacle désolant sur le rivage. Le cacao a du mal à se faire embarquer.

La fierté ivoirienne est devenue un passager encombrant pour les armateurs. Les marchés dénoncent la surproduction. Dans les champs, les parents sont amers. Comment leur expliquer la surproduction, l’excès de vitesse? Eux, qui croyaient bien faire en redoublant d’ardeur au travail. Votre responsabilité n’est nullement engagée, vous parents. Vous ne faites que votre travail, et vous le faites bien.

L’État, oui l’État devra entièrement assumer. Cet État n’est préoccupé que par les dividendes que génèrent les fèves. Cet État n’encourage aucune politique de consommation à l’interne. Cet État tient bien à l’écart l’Ivoirien de son cacao. Comme si en invitant à consommer du cacao, cela menacerait quelques intérêts. Cet État ne sait créer que les structures de commercialisation. L’ autre a créé tous les CC, le magicien de Kong les a fédérés en un seul et unique CCC. Blanc bonnet, bonnet blanc…

Depuis lors, ils sont parvenus à rendre l’Ivoirien si indifférent quant il s’agit de son cacao, préférant lui son Attiéké-garba.

Premier producteur mondial, dernier « consommateur mondial ». Les USA sont les premiers consommateurs de des véhicules qu’ils fabriquent. Les Français le sont pour Peugeot, de même pour les Italiens avec leur Fiat. Il est donc possible de développer un marché en interne. En attendant le réveil, a défaut de trouver preneur, le cacao pourrit dans les champs. Le prix du kilogramme sera fixé à « 3000 FCFA » la traite prochaine.

Et pourtant, il y’a tant de choses dans le cacao. Il faut juste creuser les méninges, rien que ça !

Jonas Saraka

 

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
cacaocote d'ivoireéconomie

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Côte d’Ivoire : À Bouaké la fête de Ramadan fait découvrir une « Mutinerie infantile »

[GARD align= »center »] Ce qui devrait être un fait banal ce jour de célébration du Ramadan est devenu un véritable buzz

Hausse du prix de l’électricité – Côte d’Ivoire: 1 mort lors des manifs, le parti de Gbagbo exige l’annulation des factures

[GARD align= »center »] Une personne a été tuée par balles, à Bouaké, dans le centre ivoirien, lors d’une manifestation des populations

Côte d’Ivoire: du fond de sa cellule à La Haye, Laurent Gbagbo vise la présidence de son parti

[GARD align= »center »] À des milliers de kilomètres de la Côte d’Ivoire, l’ex-président Laurent Gbagbo, depuis sa cellule de la Cour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*