Ramener la paix en RDC, oui mais comment ?

Ramener la paix en RDC, oui mais comment ?

Ramener la paix en RDCLa complexité du problème posé par les troubles qui ensanglantent l’est de la République du Congo est telle que nul ne peut répondre de façon certaine à cette question. Fruit de luttes ethniques anciennes qu’exacerbe aujourd’hui la richesse des ressources naturelles concentrées dans cette zone, le conflit se nourrit de l’extrême faiblesse des structures de l’État congolais et des autorités provinciales, mais aussi de la rivalité qui oppose les pays de la région.

Si bien que l’on peut conclure sans grand risque de se tromper que le déploiement d’une force internationale, aussi bien armée et commandée soit-elle, ne parviendra pas à le résoudre.

Comment, dans ces conditions, peut-on mettre fin à un conflit qui sème la terreur parmi les populations, qui coûte chaque jour la vie à des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants dans l’indifférence générale, qui déstabilise l’une des Nations potentiellement les plus riches du continent, qui perturbe la marche de l’Afrique centrale vers le développement durable, qui peut si l’on n’y prend garde gangréner au final l’ensemble du Bassin du Congo ?

La réponse à cette question s’articule probablement autour de trois propositions :

1) Réformer l’État congolais en donnant aux administrations centrales de véritables pouvoirs et en renforçant simultanément les structures fonctionnelles des Provinces qui composent le pays. Ceci ne peut se faire qu’au terme d’une concertation nationale qui permettrait de débattre du caractère fédéral ou confédéral des institutions de la République. Une concertation que seul un véritable consensus national permettrait d’organiser et qui, par conséquent, exige de la classe politique autant de sagesse que de retenue.

2) Déployer sur le terrain une force d’intervention qui dissuade les milices de tous bords d’user de la terreur pour asservir les populations civiles et exploiter, pour leur propre compte et en toute impunité, les richesses concentrées dans l’est de la RDC. Les unités déployées sous l’égide des Nations unies ayant montré leur incapacité à ramener l’ordre sur le terrain, la seule solution est le déploiement d’une force régionale. À la condition, bien sûr, de donner à cette force le commandement et les moyens nécessaires pour agir efficacement.

3) S’engager résolument sur la voie de l’intégration régionale qui, seule, permettra à l’Afrique centrale en général, à la RDC en particulier, de résoudre les mille et un problèmes auxquels les peuples de la région se trouvent confrontés. Partout dans le monde et tout au long de l’Histoire, c’est ainsi qu’ont pu être réglés les différends apparemment insolubles qui dressaient les Nations les unes contre les autres. Mieux vaut s’en convaincre tout de suite c’est ainsi et pas autrement que la paix s’instaurera définitivement en Afrique centrale.

Rien de ce qui est écrit ici n’est impossible à faire. Mais tout dépend de la volonté des hommes et des femmes actuellement aux commandes de résoudre définitivement les problèmes qui les divisent. Le comprendront-ils avant que des évènements que nul ne serait en mesure de gérer se chargent de décider pour eux ?

Jean-Paul Pigasse


Tags assigned to this article:
grands lacsguerreM23nord-kivuRDCrebelles

Related Articles

Concertations nationales en RDC: faire mentir les pessimistes

La tenue des concertations nationales annoncées par le président Joseph Kabila soulève pas mal de polémiques et cristallise les passions.

RDC : 5 morts dans des affrontements à Lubumbashi

Cinq personnes dont quatre membres des forces de l’ordre ont été tuées samedi dans des affrontements entre un groupe armé

Belgique : Le parquet fédéral autorisé à enquêter sur l’assassinat de Lumumba

[GARD align= »center »] Le parquet fédéral peut ouvrir une enquête judiciaire sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*