Alerte Infos

Rd Congo: arrestation d’activistes sénégalais de « Y’en à marre » et burkinabè de «Balai Citoyen»

Les activistes à Kinshasa lors de leur conférence de presse.

Les activistes à Kinshasa lors de leur conférence de presse.

Les autorités de la République démocratique du Congo ont mis, dimanche à Kinshasa, aux arrêts de jeunes activistes sénégalais du mouvement « Y’en à marre » et du Burkina Faso «Balai Citoyen», qui participaient au lancement d’un mouvement hostile au Président Joseph Kabila.

Le séjour de jeunes sénégalais et burkinabè à Kinshasa n’a pas plu à Joseph Kabila, l’actuel homme fort de la République démocratique du Congo (Rdc). Partis pour assister au lancement du Mouvement «Filimbi», qui signifie «siffler», Fadel Barro, Aliou Sané, Sbiri Ouadraogo Miyangu Kiakwama, Floribert Anzuluni, Ben Kelem, Franck Otete, Sylvain Paluseke et Oscibi Johann ont été arrêtés, hier dimanche, par des forces de l’ordre, au moment d’une conférence de presse de la société civile, selon des médias congolais.

A l’image du mouvement du Sénégal entre 2011 et 2012, le «Balai citoyen» a donné de la voix pour dénoncer la mal gouvernance au Burkina Faso. Et en Rd Congo, ces deux mouvements s’y étaient rendus afin d’apporter leur soutien idéologique à leur homologue du «Filimbi», qui entend faire partir Joseph Kabila à la tête du pays.

D’ailleurs, en RdC, des tracts circulent déjà à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga et deuxième ville du pays, appelant Kabila à «dégager entre le 30 mai et 30 juin 2015». Malgré le fait que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ait publié le calendrier électoral élastique jusqu’en 2017, le débat sur la tenue d’une élection présidentielle en 2016 n’est toujours pas tranché.

Chef de file du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (Pprd), Joseph Kabila ne peut pas briguer un troisième mandat présidentiel, si la Constitution de la Rdc reste en l’état. Mais, en janvier dernier, le Parlement de la République démocratique du Congo avait fini par adopter une nouvelle loi électorale, avant de la retirer sous la pression de la rue, qui avait causé la mort d’une vingtaine de personnes. Ne pas voir Kabila briguer un troisième mandat présidentiel, voilà donc le combat que veut porter «Filimbi», appuyé en cela par «ses» ainés du «Y’en à marre» du Sénégal et du «Balai citoyen» du Burkina Faso. 

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
arrestationBalai citoyenkinshasaRDCY'en à marre

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

RDC : vers un arrêt des transactions en dollar?

Suite à un rappel à l’ordre de la Réserve fédérale américaine, les banques européennes ont procédé à l’arrêt des transactions

Fitch et Moody’s dégradent la note du Congo-Brazzaville

[GARD align= »center »] Dans leurs rapports, les deux agences de notation mettent en exergue la détérioration des comptes publics, conséquence du

Attaque au Mali: la justice confirme des complicités

[GARD align= »center »] Des experts français et de l’ONU appuyaient les enquêteurs maliens dans leurs investigations sur l’attaque meurtrière contre un

1 commentaire

Espace commentaire
  1. ali mukenge
    ali mukenge 16 mars, 2015, 13:43

    ne baisser plus les bras car cette monarchi imposer aux fils du pays tien a sa fin……. du courage

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*