RDC : Plus de 120 000 signatures récoltées au Katanga pour contrer la feuille de route de la CENI

RDC : Plus de 120 000 signatures récoltées au Katanga pour contrer la feuille de route de la CENI

[GARD align= »center »]

CENI EN RDCLa société civile congolaise de la région de Katanga a initié une pétition pour remettre en cause le mode de scrutin des députés provinciaux tel qu’envisagé par la Commission nationale électorale indépendante (CENI).

Cette pétition vise également la démission de tous les gouverneurs et des assemblées provinciales considérés comme fonctionnant de manière illégitime et hors délai constitutionnel.

La pétition de la société civile katangaise donne un tournant décisif à la bataille engagée par l’opposition pour dissuader la classe politique congolaise de toucher à la Constitution.

Cette initiative, qui vise à rejeter la feuille de route récemment présentée par l’abbé Malu Malu président de la CENI et qui est en instance d’être examinée à l’Assemblée nationale, rencontre l’adhésion massive de la population. Les katangais ont été plus de cent mille à signer contre le mode de scrutin indirect des élus provinciaux, préconisé par la CENI. Les initiateurs de la pétition se réjouissent d’avoir dépassé le seuil de signatures exigé par les autorités régionales pour sa recevabilité.

« Nous menons un plaidoyer pour que les députés nationaux ne puissent pas modifier ou être tentés de réviser un seul passage de la Constitution », a indiqué Jean pierre Muteba. Le Président de la société civile du Katanga séjourne actuellement à Kinshasa afin d’assurer le suivi de l’opération.

[GARD align= »center »]

La pétition sera prochainement déposée au bureau de l’Assemblée nationale. « Nous sommes en train de rassembler les documents à Lubumbashi pour les amener à Kinshasa », ajoute M. Muteba. Au-delà du rejet de la révision constitutionnelle pour appliquer le mode de scrutin indirect aux élections provinciales, la pétition exige la démission de tous les gouverneurs et des assemblées provinciales considérés comme fonctionnant de manière illégitime et hors délai constitutionnel.

Reste à connaître le sort qui sera réservé à cette requête au niveau du Parlement. En effet, la majorité présidentielle plutôt favorable à une révision de la Constitution peut toujours s’interposer.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
ceniRDC

Related Articles

RDC: Deux civils tués par le M23 à Kiwanza

Deux civils ont été tués par les combattants du mouvement du 23 mars (M23), dans la nuit du 1er au

Centrafrique: le MLPC investit Martin Ziguélé candidat à la présidentielle

 [GARD align= »center »] La transition centrafricaine tire inexorablement vers sa fin en 2015 avec l’annonce par la Présidente par intérim, Catherine

RDC: Kabila a voté

Tout le monde se demandait depuis samedi dernier jour de son retour à Kinshasa, où avait-il donc pu passé?  Le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*