RDC : 4 personnes tuées par des bombes dans la ville de Goma

RDC : 4 personnes tuées par des bombes dans la ville de Goma

Quatre personnes, dont une femme et 3 enfants, ont été tuées jeudi après-midi par des bombes qui étaient tombées dans la ville de Goma et ses environs, dans la province du Nord-Kivu, a déclaré à la presse le ministre des médias et porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende.

« Il y a 5 à 6 bombes qui sont tombées sur la ville vers la fin de l’après-midi tuant 4 personnes dont une femme et 3 enfants. Nous attendons le rapport beaucoup plus complet de la part des autorités locales », a indiqué M. Mende, ajoutant les rebelles du M23 pourraient être à l’origine de ces tirs.

« Il y a plusieurs versions. Certaines parlent des tirs en provenance du Rwanda voisin. Le gouvernement est en train de vérifier tout cela pour tirer les conséquences et prendre des actions nécessaires », a-t-il soutenu.

Il a ajouté qu’une enquête a été diligentée pour déterminer le point de départ de ces obus.

Les affrontements ont repris depuis mercredi entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et les rebelles du M23, après environ un mois de trêve. Les combats se sont poursuivis jeudi autour des localités de Kibati, Mutaho et Kanyarucinya, à 7 km au Nord de Goma.

Les photos des destructions des bombes (source: Bukavuonline):

[slideshow_deploy id=’29370′]

 

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
BombesbukavufardcgomaM23RDC

Related Articles

Live Tweets – Burkina Faso: La révolution burkinabé, fin de Compaoré ?

[GARD align= »center »] Suivez en direct les événements à Oouagadougou. Une révolution africaine au pays des hommes intègres.      Tweets

Afrique du Sud: descente de police massive dans des foyers de mineurs à Marikana

La police sud-africaine a annoncé samedi avoir effectué une descente massive dans des foyers d’hébergement autour de la mine en

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo restera en prison à la Haye jusqu’à sa comparution devant la CPI

La Cour Pénale Internationale (CPI) va maintenir l’ancien Chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo en détention pour être sûr qu’il comparaîtra

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*