RDC : 45 Kulunas arrêtés à Brazzaville sont dans les mailles de la Police de Kinshasa

RDC : 45 Kulunas arrêtés à Brazzaville sont dans les mailles de la Police de Kinshasa

[wp_ad_camp_3]

Kuluna en Rdc

(Image d’archives)

45 Kulunas qui tentaient d’échapper à l’opération coup de poing menée depuis deux semaines par la Police Nationale Congolaise dans le but de mettre fin à la criminalité urbaine à Kinshasa ont été arrêtés à Brazzaville et remis aux autorités de Kinshasa. C’est le chef de la police nationale congolaise (PNC), district de la Lukunga, le général Célestin Kanyama qui les a présentés à la presse avant qu’ils ne soient transférés à Kinshassa.

Leur transfert a été possible dans le cadre de la coopération de la police transfrontalière, à travers le Comité des chefs de police de l’Afrique centrale (CPCA), dont la RDC assure la présidence. Et pour Kinshasa, ces bandits seront tout simplement déférés devant la justice pour répondre de leurs actes.

«Le commissaire général de la police nationale congolaise, président en exercice du comité des chefs de police de l’Afrique centrale (CPCA), a sollicité et obtenu du directeur général de la police nationale de la République sœur du Congo, la remise de police à police des Kulunas qui avaient trouvé refuge à Brazzaville. Ces délinquants, qui sont présentés à l’opinion, seront déférés devant le ministère public pour être entendus des faits mis à leur charge», a indiqué le colonel Pierrot-Rombau Mwanamputu, le porte-parole de la police nationale de la RDC.

Le général Célestin Kanyama, l’un des responsables de la Police du Congo Brazzaville assure que d’autres gangs en cavale ont été appréhendés dans les provinces du Bandundu et Bas-Congo. Les commissaires provinciaux de la police ont aussi été instruits afin de les déférer devant la justice. Cette opération de lutte contre la criminalité et la délinquance, a fait ses preuves et se veut efficace. Pour preuve, plusieurs enfants de la rue, communément appelés Shégués, ont déserté les rues de la ville de Kinshasa. Ces derniers ne veulent pas être arrêtés dans l’opération contre mes Kulunas. Le marché central est également débarrassé des pickpockets.

Concernant l’opération Coup de poing, le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu affirme qu’elle consiste à arrêter des bandits et à les déférer devant la justice et non pour les tuer. « La loi fondamentale nous a donné comme mission de sécuriser la population mais nous n’avons pas reçu la mission de porter atteinte à la vie des personnes qui est sacrée », explique-t-il. Pour lui l’opération a été décidée au regard de l’insécurité créée par les groupes de bandits dans plusieurs quartiers de Kinshasa. « Il y a eu l’ordre public qui a été perturbé depuis un certain temps, ce qui a amené l’autorité suprême à prendre des mesures contraignantes afin d’ordonner à la police d’éradiquer le phénomène et de démanteler les réseaux des différentes écuries [gangs]», a-t-il dit.

[wp_ad_camp_2] 

Les kulunas sont des bandits généralement constitués en bandes qui s’en prennent à des passants à coup de machettes et d’autres armes blanches dans les rues de plusieurs quartiers de Kinshasa. Ils se livrent au racket et au vol. Ils sont aussi réputés pour les batailles qu’ils se livrent entre eux. A la tombée de la nuit, ils s’en prennent à des passants, leur ravissant argent, portables et sacs. Ils n’hésitent pas à blesser gravement leurs victimes pour les obliger à leur donner tout ce qu’elles possèdent.

Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
brazzavillekinshasaKulunas

Related Articles

RDC: confisquer les télévisions pour prévenir un printemps burkinabè

[GARD align= »center »] Des agents de la prison de Kinshasa ont tenté samedi matin de retirer aux détenus leur poste de

Centrafrique: suspension des négociations de paix à Brazzaville

[GARD align= »center »] Les négociations pour faire taire les armes en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville alors qu’il reste

Centrafrique: 13 personnes brûlées vives dans le centre du pays

[GARD align= »center »] Au moins treize personnes ont été brûlées vives dans une maison où elles avaient été rassemblées de force

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*