RDC : attaque d’un camp de déplacés

RDC : attaque d’un camp de déplacés

RDC: attaque d’un camp de déplacés près de Goma par des hommes armés
© PHOTO/Archives

Un camp de déplacés congolais a été attaqué par des hommes armés dans la nuit de samedi à dimanche près de Goma, ville clé de l’est de la République démocratique du Congo (RDC) tout juste évacuée par les rebelles du M23, a-t-on appris auprès du HCR et du responsable congolais du camp.

Il y a eu une attaque par des hommes armés dans la nuit, a indiqué dimanche le porte-parole du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés à Kinshasa, Simplice (bien Simplice) Kpandji, évoquant des cas de viols, de pillage, mais pas de mort. Le porte-parole n’a pas identifié les agresseurs.

C’est arrivé entre 23H00 (00H00 GMT) et minuit, a confirmé le responsable du camp, Eraston Ngulu Ndibito. Des militaires sont entrés dans le camp par deux axes (…) Ils avaient des mitraillettes et des lance-roquettes, a-t-il poursuivi, parlant lui aussi six cas de viols signalés.

Ils ont pris des vivres, des téléphones, de l’argent et même des habits, a-t-il ajouté, affirmant que des adolescents avaient été enlevés pour porter le butin. Douze, dont l’âge varie entre 15 et 17 ans, sont revenus, a-t-il précisé, sans pouvoir dire si d’autres étaient restés avec les agresseurs.

Le camp de Mugunga III, où s’est produit l’attaque, est situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Goma.

Mi-novembre, avant la progression de la rébellion du M23 sur Goma, capitale de la riche province minière du Nord-Kivu, et ses environs, le camp abritait selon le HCR quelque 14.000 personnes. Aujourd’hui, sa population est estimée à entre 30.000 à 35.000 personnes.

Le M23, qui combat l’armée régulière de RDC dans le Nord-Kivu depuis environ huit mois, avait pris Goma le 20 novembre, et d’autres localités des environs dans la foulée, avant de s’en retirer vendredi et samedi.

Le M23 est composé d’ex-rebelles essentiellement tutsi congolais, qui avaient été intégrés à l’armée de RDC en 2009 à l’issue d’un accord de paix avec Kinshasa. Ils se sont mutinés il y a environ huit mois, estimant que le gouvernement n’avait jamais pleinement respecté ses engagements.

Aux termes d’une médiation des pays des Grands Lacs, la rébellion a accepté cette semaine de se retirer de Goma et des autres zones alentours fraîchement conquises en échange de l’ouverture de négociations avec le président de RDC Joseph Kabila.

Avec AFP

 

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
attaquecampdéplacésRDC

Related Articles

Togo: plusieurs milliers de partisans de l’opposition manifestent à Lomé

Plusieurs milliers de partisans de l’opposition ont manifesté dans le calme samedi à Lomé, à l’appel du Collectif Sauvons le

Politique migratoire: Hollande dans les pas de Sarkozy ?

Le nouveau président français François Hollande a‑t‑il renié ses engagements électoraux pour une nouvelle politique d’immigration dans son pays ?

RDC: l’opposant Tshisekedi quitte le pays pour raisons médicales

[GARD align= »center »] L‘opposant historique congolais Étienne Tshisekedi a quitté Kinshasa tôt mardi matin pour Bruxelles pour des raisons médicales alors

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*