RDC: Au moins 57 morts dans le déraillement d’un train dans la province de Katanga

RDC: Au moins 57 morts dans le déraillement d’un train dans la province de Katanga

[GARD align= »center »]

ARCHIVES

ARCHIVES

Le déraillement d’un train dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC) mardi a causé la mort d’au moins 57 personnes et plusieurs blessés. L’inquiétude est encore plus grande parce le lieu du drame est difficilement accessible, ce présage que des blessé pourraient mourir faute d’assistance.

Le drame est survenu à environ 65 kilomètres au nord de Kamina, une localité située à quelque 600 km au nord-ouest de Lubumbashi, la capitale de la riche province minière du Katanga et siège de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC). Et si officiellement, le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende parle de 57 morts, des sources locales indiquent une soixantaine de morts et 86 blessés.

Timothée Mbuya, président de l’ONG des droits de l’Homme Justicia, basée à Lubumbash a, quant à lui déclaré qu’au moins cent cadavres ont été sortis et sont en train d’être enterrés car il n’y a pas de morgue.

[GARD align= »center »]

Le train qui a déraillé devait rallier Kamina à Mwene-Ditu, plus au nord, dans la province diamantifère de Kasai-Oriental. Des sources concordantes affirment qu’en plus des marchandises, des centaines de personnes voyageaient dans les wagons et sur les toits, souvent après avoir payé une taxe illégale.

La cause de l’accident serait la locomotive qui s’est emballée. Les autorités indiquent qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les causes précises du drame.

« Sur 19 voitures, 15 sont totalement couchées au sol. Des personnes sont coincées et il faut une grue de 100 tonnes pour relever les voitures, mais l’endroit est inaccessible: il y a la rivière Mwyi entre les rails et la route, et la zone est marécageuse, accessible seulement à pied », a précisé un journaliste de la région.

Une unité de l’armée a été envoyée sur place pour dégager des victimes, donnant la priorité aux survivants. Et le gouvernement annonce que les Ministres des Transports et de la Santé sont en route pour se rendre sur les lieux de la catastrophe. Ils se rendront sur le lieu de l’accident en hélicoptère.

Les accidents de train sont assez fréquents en RDC, dont le réseau ferroviaire mis en service à l’époque coloniale belge n’a été que peu entretenu depuis l’indépendance, en 1960. En septembre 2012, au moins quatre personnes étaient mortes et 37 avaient été blessées lors d’un accident de train au nord de Lubumbashi.La SNCC, en plein redressement économique, dispose ainsi d’équipements souvent vétustes.

[GARD align= »center »]

Récemment, la Banque mondiale a financé un projet qui doit notamment restaurer la viabilité financière et opérationnelle de la SNCC, secouée par des grèves à répétition d’employés réclamant leurs arriérés de salaire. Ainsi, la Société a déjà acquis de nouveaux rails ou encore des locomotives.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
DéraillementRDCtrain

Related Articles

Article sur Jean-Claude Gakosso: Droit de réponse l’Union Africaine

[GARD align= »center »] Suite à notre publication sur la rencontre entre le ministre des affaires étrangères du Congo, Jean-Claude Gakosso et

RDC: Bosco Ntaganda, le général en cavale qui replonge le Kivu dans la violence

Réélu en décembre 2011 au terme d’un scrutin considéré comme une farce ubuesque par la quasi-totalité des observateurs internationaux et par

Centrafrique: L’ONU prend les sanctions contre Bozizé et des leaders d’Anti-balaka et de Séléka

[GARD align= »center »] Dans une résolution adoptée le 28 janvier, le Conseil de sécurité avait menacé de sanctions les fauteurs de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*