RDC – Corruption : la plainte de Joseph Kabila vise Moise Katumbi

RDC – Corruption : la plainte de Joseph Kabila vise Moise Katumbi
Le populaire gouverneur de la province du Katanga (sud-est de la RDC), Moïse Katumbi Chapwe

Le populaire gouverneur de la province du Katanga (sud-est de la RDC), Moïse Katumbi Chapwe

Quatre gouverneurs de province congolais et un ancien conseiller du président de la République démocratique du Congo sont visés dans une plainte pour corruption ou fraude déposée par le chef de l’État Joseph Kabila et que l’AFP a pu consulter mercredi. Le document d’une vingtaine de pages adressé mardi au procureur général de la république vise nommément quatre gouverneurs : Moïse Katumbi (Katanga, sud-est), Alphonse Ngoy Kasanji (Kasaï-Oriental, centre), Alex Kande (Kasaï-Occidental, centre) et Marcellin Chisambo (Sud-Kivu, est).

La plainte, adressée au nom de M. Kabila par son conseiller spécial pour la lutte contre la corruption, le blanchiment et le terrorisme, vise également l’ancien directeur de cabinet du président, Gustave Beya Siku et une quinzaine d’autres personnes, parmi lesquelles d’anciens hauts fonctionnaires.

La plainte dénonce des faits de « corruption », « fraudes » et « détournements ».

Elle demande au procureur général de la République d’enquêter sur des allégations de fraude douanière à l’encontre de M. Katumbi, et de corruption à l’encontre des trois autres gouverneurs.

Selon le document, M. Beya Siku, récemment remercié par M. Kabila, se voit reprocher d’avoir empoché des pots-de-vin en échange de l’attribution du marché du raccordement de Kinshasa par fibre optique à Moanda (sud-ouest), point d’arrivée du câble de télécommunication transatlantique.

Aucun des intéressés n’avait pu être joint mercredi soir pour réagir à cette plainte.

Populaire homme d’affaires richissime passé à la politique, M. Katumbi, membre du parti de M. Kabila, fait figure d’éventuel successeur à ce-dernier, au pouvoir depuis 2001.

La Constitution interdit à M. Kabila de se présenter à la prochaine présidentielle prévue pour novembre 2016, mais l’opposition le soupçonne de vouloir se maintenir au pouvoir au-delà de cette date, et demande en vain au chef de l’État d’annoncer publiquement qu’il quittera ses fonctions à la fin de son mandat.

En janvier, alors qu’un conflit larvé opposait MM. Katumbi et Kabila, le gouvernement avait révoqué le chef de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) au Katanga en affirmant vouloir ainsi lutter contre la fraude à la frontière de cette province par laquelle transite la quasi-totalité de la production minière du pays.

Mi-mai, une commission d’enquête de l’Assemblée nationale dénonçait le coût exorbitant du raccordement de Kinshasa à Moanda par la fibre optique et les conditions d’attribution de ce marché.

Pays parmi les moins développés de la planète, la RDC est aussi l’un des plus corrompus au monde.

Le procureur général de la République est rattaché à la Cour suprême de justice, habilitée à juger les hauts-fonctionnaires et les élus.

Avec l’AFP.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
corruptionkabilaKatumbiRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Centrafrique : quatre civils tués et cinq Casques bleus blessés

[GARD align= »center »] La journée «ville morte» en Centrafrique a viré, hier, au drame. Quatre civils ont été tués à Bangui

Obsèques Papa Wemba: La veuve s’est-elle attaquée à Tshala Muana ou à Verckys ?

[GARD align= »center »] La foule des spectateurs et des téléspectateurs qui ont suivi le déroulement de la cérémonie des obsèques de

RDC : Pourquoi l’école est-elle malade ?

L’école congolaise est gravement malade. C’est la conclusion unanimequi se dégage des critiques qui fusent de tous bords. Avec les avancéesréalisées sur le plan qualitatif et quantitatif dans les années 70, on nepouvait s’imaginer cinquante ans plus tard des élèves s’asseoir à mêmele sol, des écoles sans toilettes, ou encore des diplômés du secondairene pas parler correctement le français. Comment expliquer cet échec del’école en RDC ? Loin des « années bonheur » de l’école en RDC, actuellement le constat n’est pas très reluisant.L’enseignement primaire accuse une expansion insuffisante. Car même s’il a connu un accroissement de 7%, de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*