RDC : décès de l’ancien président de la CENI l’Abbé Malu Malu

[GARD align= »center »]

L'Abbé Apollinaire Malu-Malu en janvier 2013. / ISAAC KASAMANI/AFP

L’Abbé Apollinaire Malu-Malu en janvier 2013. / ISAAC KASAMANI/AFP

La nouvelle est tombée depuis ce mercredi. Appollinaire Malu-Malu n’est plus. L’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante en République démocratique du Congo est décédé à l’âge de 55 ans aux Etats-Unis d’Amérique où il suivait des soins médicaux.

La nouvelle a été confirmée par Corneille Naanga son successeur à la tête de la Ceni ainsi qu’une source proche de sa famille.

Originaire du territoire de Lubero dans la province du Nord-Kivu, il appartenait à l’ethnie Nande. Titulaire d’un doctorat en Sciences politiques à l’Université de Grenoble-II ainsi que d’une maîtrise en Sciences des droits de l’homme en plus d’un diplôme d’études approfondies en Sciences politiques, en philosophie et en théologie à Lyon 1, il fut entre 1993 et 1996 curé de la paroisse de Monestier-de-Clermont, dans le diocèse de Grenoble.

De retour dans son pays un an après en 1997, il va occuper la fonction de vice-recteur puis de recteur à l’Université du Graben à Butembo.

Plutôt politicien que religieux

C’est dans cette casquette d’homme politique qu’il fut très connu et rendu célèbre. Et sa renommée a atteint les quatre coins du monde.

Tout commence par sa nomination comme Expert au Service présidentiel d’études stratégiques attaché au Cabinet du Président de la République Joseph Kabila en 2003. La même année, il est nommé président de la Commission Electorale Indépendante, CEI. En cette qualité, l’histoire retiendra qu’il a organisé en 2006 les toutes premières élections générales du pays au terme consacrant le premier mandat de président de la République de Joseph Kabila.

Des élections qui avaient soulevé des réactions contradictoires. Des voies s’étaient levé pour critiquer une organisation des élections truffée d’irrégularités, le feu Cardinal Etsou l’avait ouvertement critiqué disant de lui qu’il n’avait aucune influence sur les votes. Pendant ce temps, l’Université de Liège lui avait décerné un titre de Docteur Honoris Causa pour avoir réussi à organiser des élections démocratiques et transparentes en RDC, un pays à l’époque politiquement instable.

Une triste fin

Décidément l’abbé Malu Malu et l’organisation des élections en RDC ne faisaient qu’un. S’il n’a pas été dans celle de 2011 qui avait consacré le second et dernier mandat de Joseph Kabila, l’homme est revenu aux affaires pour chapoter la Commission Electorale Nationale Indépendante chargée d’organiser les très attendues et controversées élections de 2016.

Si l’homme était bien parti pour conduire les affaires, c’est une très longue et pénible maladie qui va en décider autrement. Une maladie qui l’avait justement tenu éloigné. Sa dernière apparition publique remonte au 16 avril 2015 à Kinshasa à l’occasion d’une conférence de presse où il annonçait notamment être en convalescent. « J’ai subi une intervention chirurgicale. Je suis déjà guéri. Le reste c’est une question de retrouver un peu de force » avait-il dit. Après cette conférence, on ne l’avait plus revu en public jusqu’à apprendre sa démission au mois d’octobre de ses fonctions de président de la Ceni. Il avait évoqué des raisons de maladie. Plus d’une fois d’ailleurs il a été annoncé mort avec même des photos de lui en piteux état de santé circulant sur internet au point de soulever de démenti jusqu’à celui de son supérieur hiérarchique dans l’église catholique.  

Appolinaire Malu Malu n’était plus actif depuis plusieurs mois dans la vie politique luttant contre une terrible maladie qui l’aura finalement emporté.

Freddy Mulumba
Kinshasa – © OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

Freddy Mulumba

Freddy Mulumba

Journaliste basé à Kinshasa, République Démocratique du Congo


Tags assigned to this article:
décèsMalu MaluRDC

[fbcomments]

Related Articles

RDC: Vital Kamerhe invite les Congolais à tirer une leçon sur la chute de Compaoré

 [GARD align= »center »] En République Démocratique du Congo (RDC), le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe, estime

RDCongo: la force de paix de la SADC pourra combattre les rebelles dans l’est

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a décidé vendredi l’envoi d’une force de maintien de la paix en République

Crise centrafricaine : l’ONU ordonne Sassou de rompre les pourparlers de Nairobi

Le représentant spécial  des Nations unies en Centrafrique a saisi le président congolais Sassou N’guesso, médiateur dans la crise centrafricaine

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*