RDC : démarrage en novembre des opérations des drones de surveillance dans l’est du pays

RDC : démarrage en novembre des opérations des drones de surveillance dans l’est du pays
Drones de surveillance

Drones de surveillance

Les opérations des drones de surveillance des frontières dans l’est de la RDC vont débuter en novembre prochain, a indiqué mercredi, au cours d’une conférence de presse de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO), le général Dos Santos Cruz, commandant de la force de la MONUSCO.

« Dès novembre prochain, nous allons devoir mettre en orbite le premier drone pour la surveillance des frontières dans l’est de la RDC. Toutes les mesures administratives ont déjà été prises », a affirmé M. Kobler, ajoutant que dans cinq mois les équipements seront renforcés.

Dès le mois de mars et d’avril, a-t-il souligné, la MONUSCO aura toute la capacité opérationnelle pour permettre de diffuser en temps réel les images et les photos qui vont être prises et les renseignements qui seront pris par ces avions sans pilote.

Selon le général Dos Santos, les infrastructures devant accueillir aussi bien le personnel que les équipements sont à 60% en phase de finition et la base initiale de déploiement de ces drones sera à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (est de la RDC).

Ce sera la première fois que l’ONU va utiliser les avions sans pilotes dans une opération de maintien de la paix, indique-t-on.

Avec Xinhua


Tags assigned to this article:
RDCsecurité

Related Articles

La longue attente des victimes en Centrafrique

Alors que deux journées d’audience ont été consacrées fin juin à trois victimes non participantes au procès de Jean-Pierre Bemba

RDC: Un député de l’opposition arrêté pour offense au chef de l’Etat

[GARD align= »center »] La police congolaise a interpellé mardi Bertrand Ewanga le secrétaire général de l’UNC, le parti de Vital Kamerhe.

RDC: le droit à la vie, une nouvelle taxe pour les habitants du Nord Kivu

A l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), un groupe rebelle fait payer une taxe aux populations pour avoir le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*