RDC : Démission de Matata Ponyo et de son gouvernement. Et après ?

[GARD align= »center »]

Le Premier ministre de RDC, Augustin Matata Ponyo, le 13 avril 2015 à Kinshasa afp.com - FEDERICO SCOPPA

Le Premier ministre de RDC, Augustin Matata Ponyo, le 13 avril 2015 à Kinshasa – FEDERICO SCOPPA

C’est une journée du lundi 14 novembre assez mouvementée en République Démocratique du Congo. Cet avant midi, les congolais ont appris la démission du Premier Ministre Augustin Matata Ponyo ainsi que de celle de son gouvernement.

C’est au sortir d’une séance de travail tenue ce même lundi au palais de la nation avec le Président de la République, Joseph Kabila que le désormais ex Chef de l’exécutif national a fait cette annonce. S’adressant dans la foulée à la Presse, l’homme à la célèbre cravate rouge a motivé cette décision par la volonté de respecter l’esprit de l’accord paraphé à l’issu du dialogue national tenu récemment.

Cet accord, il faut le rappeler stipule qu’il sera formé un nouveau gouvernement d’union nationale constitué à la fois des membres de la majorité, de l’opposition ainsi que de la Société civile. Lequel dont la primature a été confiée à l’opposition.

Kabila s’adresse à la nation ce mardi

Après cette démission, c’est quoi la suite ? C’est la question qui se pose présentement. Directement c’est l’accord conclu entre les parties prenantes qui entre en action. Confirmation avec la série d’audiences accordées ce même lundi par le Chef de l’Etat Joseph Kabila à la grande majorité de la classe politique.

Dans le lot, l’on cite notamment une forte délégation de la Majorité Présidentielle conduite par le secrétaire général de la coalition au pouvoir, Aubin Minaku. Le Président de l’Assemblée Nationale l’a signifié, l’échange avec le Chef de l’Etat a été essentiellement axé autour de l’application de l’accord. Dans la foulée, Aubin Minaku a annoncé que Joseph Kabila s’adressera à la nation ce mardi 15 novembre devant le Parlement réuni e congrès.

Dans le même sens, Vital Kamerhe l’a confirmé qu’il était maintenant question de faire appliquer cet accord. « Aujourd’hui, c’est officiellement le début de l’application de l’accord. Nous nous avons choisis la voie de la paix. Nous allons co-gérer la République ensemble pour l’organisation des élections apaisées. » A-t-il déclaré après son entretien avec le Président Kabila.

Nomination d’un nouveau Premier Ministre ?

C’est en tout cas. Ce que l’on doit croire. Plusieurs indices le prouvent.

Il y a biensur cette démission de Matata Ponyo et de son gouvernement comme pour baliser la voie à la nomination de son successeur. Autre chose, c’est le respect tant clamé de l’accord du dialogue national. Un accord qui prévoit justement la nomination d’un nouveau premier ministre 21 jours après la signature de l’accord. Une chose qui devrait déjà se faire autant, le délai imparti est déjà consommé. Ce qui a justement fait réagir les co modérateurs du dialogue annonçant la nomination pour au plus tard ce 14 novembre d’un nouveau Premier ministre.

Une nomination qui devrait tenir en compte du Rassemblement qui avait boycotté le dialogue. C’est le sens du travail des consultations effectuées par les évêques de la Cenco. Aux dernières nouvelles, il se murmure que ce poste de Premier Ministre devrait sans surprise être accordé au Rassemblement, même si la plate forme de l’opposition a nié l’information.

Tout porte à croire que les ingrédients sont réunis pour y parvenir. Et ça ne va plus trainer.

Freddy Mulumba
© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

Freddy Mulumba

Freddy Mulumba

Journaliste basé à Kinshasa, République Démocratique du Congo


Tags assigned to this article:
démissionkinshasaMatata MponyoPrimatureRDC

[GARD align="center"]

Related Articles

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 14/05/2012 Le président guinéen invite la CENI à arrêter les opérations de révision des

Congo : Joseph Kabila exhorte Sassou-N’guesso à suspendre l’opération d’expulsion pour un apaisement

[GARD align= »center »] Le président congolais Denis Sassou-Nguesso a reçu samedi en audience dans sa résidence d’Oyo, Léon Kengo wa Dondo,

RDC: 300 policiers pour sécuriser la ville de Goma

Près 300 policiers de République démocratique du Congo (RDC) sont arrivés vendredi matin dans Goma (est) pour sécuriser la ville

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*