RDC: des militaires de haut rang impliqués dans le commerce de l'or

RDC: des militaires de haut rang impliqués dans le commerce de l'or

Des militaires congolais et burundais de haut rang sont impliqués dans le commerce de l'or dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), affirme l'ONG Global Witness dans un récent rapport.

« Des tonnes d'or produites dans l'est du Congo profitent aux rebelles et à des officiers hauts gradés des armées gouvernementales congolaise et burundaise. L'or est blanchi en passant par le secteur aurifère national burundais pour être ensuite exporté vers Dubaï », dans les Emirats arabes Unis (EAU), indique ce rapport rédigé après des recherches menées en RDC dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu, au Burundi et au Rwanda, en mars et avril derniers.

Selon Global Witness, « ni les acheteurs locaux de la Région des Grands Lacs ni les négociants internationaux n'effectuent de contrôle suffisant sur l'or qu'ils achètent pour s'assurer qu'il n'a pas financé de conflit ou de violations des droits de l'homme dans l'est du Congo ».

En ce qui concerne le commerce de l'étain et du tantale, l'ONG a toutefois constaté des « progrès » dans les efforts fournis pour établir des chaînes d'approvisionnement exemptes de tout lien avec un conflit.

Le premier projet international cherchant à promouvoir un approvisionnement responsable en étain provenant d'une zone affectée par le conflit dans l'est du Congo a été lancé en octobre 2012.

« La plus grande partie de l'étain, du tantale et du tungstène produits dans les deux Kivu profite aux rebelles et à des membres de l'armée gouvernementale. Les minerais sont transportés clandestinement du Congo au Rwanda et au Burundi pour être ensuite exportés. L'étain et le tantale introduits clandestinement au Rwanda sont blanchis à travers le système d'étiquetage national rwandais et exportés en tant que produits rwandais 'propres' », ajoute le rapport.

Global Witness rappelle que le « lucratif » commerce de l'étain, du tantale, du tungstène et de l'or provenant de l'est congolais est contrôlé depuis près de quinze ans par des groupes armés violents et des factions de l'armée gouvernementale, les Forces armées de la RDC (FARDC).

Ces groupes utilisent les profits générés par le commerce des minerais pour financer leur lutte. La population locale du Nord et du Sud-Kivu est la première à faire les frais d'un long conflit marqué par les meurtres, les pillages, les viols massifs et les déplacements de population.

Pour l'ONG, le moment s'avère « crucial » pour le commerce des minerais de l'est du Congo.

Les firmes visées par la Section 1502 de la Loi Dodd Frank, une loi américaine qui cherche à empêcher que le commerce des minerais de la région ne finance le conflit, sont dans leur première année de présentation de rapports et elles sont tenues de publier pour mai 2014 des informations détaillées sur les efforts qu'elles déploient pour contrôler leurs chaînes d'approvisionnement.

En mars 2013, l'Union européenne a pour sa part entamé une concertation publique sur les minerais du conflit, qui pourrait déboucher sur l'introduction d'une réglementation européenne relative au devoir de diligence.

La Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), qui rassemble onze Etats de la région, se prépare quant à lui à lancer son mécanisme régional de certification des minerais, qui exige que les sociétés de négoce de la région se conforment aux normes de l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) en matière de devoir de diligence pour obtenir la certification de leurs minerais.

« Les firmes qui achètent des minerais de l'est de la RDC doivent respecter ces mesures et mettre en pratique le principe d'approvisionnement responsable », conclut Global Witness.

(Avec Belga)

zp8497586rq
Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.



Related Articles

RDC : les députés veulent faire de la Francophonie une vitrine des violences de l’Est de la RDC

Les députés ont recommandé jeudi 7 juin au ministre des Affaires étrangères de saisir l’occasion du XIVe sommet de la

RDC : la concertation débouche sur un catalogue de bonnes intentions

Les concertations nationales congolaises ont proposé jeudi, deux jours avant leur clôture, un catalogue de bonnes intentions, prônant une meilleure

RDC: la nomination de Vital Kamerhe au poste de Premier Ministre n’a plus d’obstacles ?

[GARD align= »center »] Qui sera le prochain Premier Ministre de la République Démocratique du Congo? Bien malin celui qui saurait y