RDC: Dialogue national, le débauchage a commencé dans la diaspora

RDC: Dialogue national, le débauchage a commencé dans la diaspora

Le régime de Kinshasa sait utiliser à merveille la logique de la division pour briser tout élan d’opposition et de combat contre lui. Chaque fois qu’il sent l’hostilité vis-à-vis de ses initiatives fumeuses, il crée la diversion. Comme ces fameuses consultations pour la tenue d’un dialogue national.

L’initiative de Lonsi Koko et des quelques congolais de la diaspora dits ‘’acquis au dialogue’’ n’a pas fini de polluer l’atmosphère que déjà le régime d’occupation s’illustre dans ses manœuvres. Pour tromper l’opinion internationale sur ses ‘’dispositions’’ à respecter les exigences de l’accord ‘’dit’’ cadre d’Adis Abeba, ‘’Joseph Kabila’’ et ses thuriféraires ne manquent pas d’imagination. Ils déploient un trésor d’ingéniosité pour donner l’impression qu’ils agissent et ont pris la bonne direction.

Ainsi, après avoir mis l’opposition politique de Kinshasa dans un état indescriptible, les voilà qui s’attaquent à la diaspora. Le sentiment hostile de cette dernière vis-à-vis de son action n y fait rien. L’essentiel étant de sauver les apparences, des apparences devenues une culture. Vivre grâce aux apparences, rien qu’aux apparences et en tout.

Sinon, comment comprendre l’attitude de Théodore Mugalu, ambassadeur et chef de la Maison civile de Joseph Kabila qui a dernièrement donné l’impression à l’opinion congolaise que la diaspora était favorable au dialogue malicieux que son patron veut organiser?

En effet, le week-end dernier, l’homme de confiance de Joseph Kabila a invité des congolais de la diaspora choisis par lui et transportés de leurs lieux de résidence par ses soins pour donner cette impression provocatrice : que la diaspora congolaise est en harmonie avec les autorités contestées du pays, surtout avec la première d’entre elles, en l’occurrence Joseph Kabila pour qui l’ensemble de la diaspora a une aversion repoussoir. Mais cette messe basse pouvait passer s’il n’avait pas provoquer un show médiatique débectant.

Pour flouer l’opinion nationale, Mugalu a associé à l’événement la presse. Une presse acquise à sa cause pour faire une montagne là où on ne pouvait trouver suffisamment de sable pour faire une dune. A la presse, ce thuriféraire du régime de Kinshasa n’a pas été assez zélé. ‘’J’ai reçu des délégués de la diaspora qui sont venus apporter leur pierre à l’édifice’’, a-t-il soutenu toute honte bue. Mais soyons sérieux, depuis quand certains congolais peu scrupuleux de la diaspora qui vont tenter de gagner des faveurs du régime et surtout obtenir ‘’des cadeaux’’, comme ils l’ont admis, deviennent des délégués de la diaspora ? Et comment des débauchés peuvent-ils se targuer de parler au nom d’une diaspora qui n’a pas été consultée?

Pour Joseph Kabila, le débauchage, les rwandais en sont friands, est une norme. Passer par des règles civilisées et surtout claires, il n’en a cure. Ils s’amusent avec l’avenir de la RDC et des Congolais comme il passe son temps derrière son console de jeux au menu macabre. Sinon, comment expliquer cette volonté viscérale de vouloir à tout prix faire ombrage à la vérité ? Il est un fait de s’adonner au hold-up électoral et de faire fi de la vérité des urnes, mais faire de l’irrégularité son fonds de commerce, c’est quand même dépasser les bornes. Car, même si lui et ses frères nous prennent pour des ‘’Ibicucu’’, il y a des limites qu’il ne faut pas franchir.

Il faut savoir placer les choses dans leur contexte et ça, Joseph Kabila doit le savoir. Car, dès son discours appelant à la cohésion, la diaspora congolaise a unanimement rejeté l’idée de dialogue avec un pouvoir dont la nature hybride, les mobiles flous et les actions gauches préjudicient notre pays, surtout au niveau du concert des nations. Car, même s’il faut admettre que quelques individus se sont empressés de dire leur disposition à répondre favorablement ‘’au baiser de Juda’’, il n’en demeure pas moins que une écrasante majorité a donné de la voix et tonné son opposition.

Alors pourquoi donc, si on est vraiment dans des dispositions à vouloir dialoguer -d’ailleurs contraire à la religion nommée coercition que pratique le dictateur Joseph Kabila- orchestrer un tel spectacle pour verser publiquement dans le faux ? Pourquoi donc ne pas associer des ‘’obligés’’ au dialogue sans tirer abusivement la couverture de la diaspora que l’on a du reste pas consultée et qui n’est pas preneuse? Finalement, pourquoi toujours mentir quand sa volonté est de dénier à vie aux congolais le droit d’avoir un mot à dire sur l’avenir de leur nation menacée? Aux urnes vous avez menti, vous continuerez à mentir.

Par Mohamed Mboyo Ey’ekula
Pour Oeil d’Afrique
Mohamed Mboyo Ey'ekula

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Journaliste - Politologue.


Related Articles

Les potentiels candidats aux différentes élections présidentielles en Afrique : victimes d’une machination politique

[GARD align= »center »] Souvent en Afrique, par manque d’arguments d’autorité pour défendre leurs projets de société ou par manque de culture

Le cas Youssou Ndour n’est pas le seul au monde

Depuis que l’équipe gouvernementale est connue, les mâchoires ne cessent de se desserrer et les langues de se délier, pour

La démocratie est un luxe pour l'afrique !

Les elections en afrique nouveaux facteurs de déstabilisation du continent ? « La démocratie est un luxe pour l’afrique ! » :

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*