RDC : heurts à Kinshasa avant une manifestation anti-Kabila, deux policiers tués

[GARD align= »center »]

Des heurts épars ont opposé lundi matin de jeunes manifestants d'opposition à la police antiémeute à Kinshasa avant une manifestation hostile au président congolais Joseph Kabila.AFP

Des heurts épars ont opposé lundi matin de jeunes manifestants d’opposition à la police antiémeute à Kinshasa avant une manifestation hostile au président congolais Joseph Kabila.AFP

Des heurts ont opposé ce lundi matin plusieurs dizaines de jeunes manifestants d’opposition à des policiers anti-émeutes à Kinshasa avant une manifestation hostile au président congolais Joseph Kabila. La manifestation, dont le départ était initialement prévu à 13h, a été annulée à la suite de la mort de deux policiers.

Faisant état de plusieurs pillages ou incendies criminels visant des cibles politiques, M. Mende a accusé l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le principal parti de l’opposition, d’être à l’origine de ces violences.

« Il y a eu des pillages ciblés« , a déclaré M. Mende, « il y a des gens qui se sont préparés pour faire tout ce désordre ».

« Ils ont trompé le gouverneur » de Kinshasa sur le caractère pacifique de leur manifestation, a ajouté M. Mende, pour justifier l’annulation de l’autorisation de manifester accordée par les autorités locales.

Réuni autour du fondateur de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, un « Rassemblement » des principaux partis d’opposition a appelé à manifester lundi dans tout le Congo pour signifier à M. Kabila son « préavis », trois mois avant l’expiration de son mandat, le 20 décembre, et exiger la convocation de la présidentielle censée avoir lieu avant cette date.

A Kinshasa, la manifestation devait commencer à 13h00 (12h00 GMT), mais plusieurs heurts ont opposés de jeunes manifestants armés de pierre à la police antiémeutes dans la matinée.

Martin Fayulu blessé

Martin Fayulu, opposant membre du Rassemblement de l’opposition et candidat à l’élection présidentielle a quant à lui été blessé à la tête par un projectile.

Le siège du PPRD incendié, deux policiers tués

De sources concordantes, le siège de la ligue des jeunes du PPRD, le parti de la majorité présidentielle, a été incendié à Limete, quartier où se concentrent les violences. Lambert Mende, porte-parole du gouvernement a déclaré à l’AFP que deux policiers ont été tués durant l’assaut du bâtiment. « À la suite de ces violences, on a annulé la manifestation », a-t-il ajouté.

 

Plusieurs siège de partis constituant la Majorité Présidentielle ont été la cible des manifestants. Selon Aubin Minaku, secrétaire général de la majorité, le siège du CNC (Congrès National Congolais) se trouvant à proximité, ainsi que le parquet général auraient également été brûlés.

© OEIL D’AFRIQUE  avec AFP

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
kabilakinshasamanifestationsRDC

[fbcomments]

Related Articles

RDC : la fin de la guerre dans le Kivu passe par la restauration de l’autorité de l’Etat

Une des tâches les plus importantes, mais également les plus difficiles du gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, sera

Afrique de l’Ouest: l’Uémoa se dote d’une politique commune pour la paix et la sécurité

Réunis jeudi en sommet à Dakar, les dirigeants des huit pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) ont

Centrafrique: référendum et 1er tour de la présidentielle avant la fin 2015

Le référendum constitutionnel et le 1er tour des élections présidentielle et législatives en Centrafrique auront lieu avant la fin 2015,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*