RDC: Incidents violents lors du passage de la caravane de la paix de Kamerhe à Bukavu

RDC: Incidents violents lors du passage de la caravane de la paix de Kamerhe à Bukavu

[GARD align= »center »]

BUKAVU PANIQUE KAMERHE

Panique dans les rues de Bukavu. (20/02/2014)

La police congolaise avait hier dispersé à Bukavu les sympathisants de Vital Kamerhe qui est depuis deux jours en tournée à l’est du Congo. En effet, le président de l’UNC a lancé une série de voyages appelés « caravane de la paix », dans plusieurs grandes villes de la République Démocratique du Congo touchées par la guerre afin de témoigner son soutien aux populations, dénoncer le pouvoir central de Kinshasa et son chef, l’actuel président, Joseph Kabila.

Les incidents de Bukavu aurait ils pu être évité? Selon les autorités locales,Vital Kamerhe avait été prévenu la veille de l’impossibilité qu’il puisse tenir un meeting sur la place de l’indépendance dans le centre ville de Bukavu pour cause de travaux. C’est pour cette raison qu’il y avait d’une dizaines de policiers sur la place. Quand des milliers de personnes ont déferlé, les policiers ont tiré. Selon un dernier bilan fourni par la Croix-Rouge congolaise, un motard est mort dans la bousculade et 24 blessés ont été admis à l’hôpital de Bukavu, dont un blessé par balle.

[GARD align= »center »]

Les sympathisants de l'UNC bloquant la rue à Bukavu. (20/02/2014)

Les sympathisants de l’UNC bloquant la rue à Bukavu. (20/02/2014)

Selon le porte-parole du gouvernement, c’est pour empêcher que Vital Kamerhe tienne son meeting sur cette place que la police est intervenue et a tiré des grenades lacrymogènes. Il ne confirme pas les tirs à balles réelles ou de balles en caoutchouc. D’après Lambert Mende, aucun policier, à Bukavu, n’avait d’arme létale. Seuls les quinze policiers venus de Kinshasa pour la protection de Vital Kamerhe étaient armés.

Je ne comprends pas comment le gouverneur gère sa province »

Joint par RFI, Vital Kamerhe dénonce une réaction violente des forces de l’ordre face à un rassemblement pacifique de ses partisans.

« Nous avons fait quatre meetings avant d’arriver à la place de l’Indépendance où la population nous a bien accueilli et nous a entraîné dans la tribune où se trouvaient une quarantaine d’éléments de la Garde républicaine habillés en tenue de policiers et qui ont commencé à tirer à bout portant sur la population ainsi que des bombes lacrymogènes.

Je me suis trouvé à terre complètement inanimé pendant trois ou cinq minutes. Les gens ont cru que j’étais mort, ce qui a fait monter la pression. Et comme je n’aime pas faire d’histoires, j’ai fait le tour de la ville pour que les gens voient que j’étais bel et bien en vie. Mais cela n’a pas freiné la colère de la population. Elle a commencé à brûler des pneus sur la place de l’Unité.

On devait nous unir derrière un idéal à savoir la paix – la paix n’a pas de couleur politique – et on ne comprend pas pourquoi les policiers, en colère, ont commencé à tirer sur les gens qui ne chantaient que leur joie et retrouvaient leur leader. Je ne comprends pas comment le gouverneur gère sa province. »

Ancien allié du président congolais Joseph Kabila – au pouvoir depuis 2001 – Vital Kamerhe est aujourd’hui l’un de ses opposants les plus fervents. Et ne cache pas son désir de voir partir en 2016 son ancien partenaire et devenir le premier des congolais.

Roger Musandji
Oeildafrique.com

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
bukavuRDCVital Kamerhe

Related Articles

RDC : 17 nouvelles fosses communes découvertes par l’ONU dans le Kasaï central

[GARD align= »center »] L’ONU a annoncé mercredi avoir découvert 17 nouvelles fosses communes – portant leur nombre à 40 – dans

Vidéo: RD Congo … 50 ans apres l'indépendance.

Le 30 juin 2010, la RD Congo avait fêté ses 50 ans d’indépendance. Un reportage signé Ajazeera. Merci à @vanderbeeken

RDC : au moins 12 morts dans des affrontements entre policiers et adeptes de la secte BDK

[GARD align= »center »] Selon prêtre de Kimpese, une cité de la province du Kongo Central située à 200 km au sud

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*