RDC: John Kerry exhorte Kabila à respecter la mesure de limitation du mandat par la Constitution

RDC: John Kerry exhorte Kabila à respecter la mesure de limitation du mandat par la Constitution

[GARD align= »center »]

John Kerry, le secrétaire d'Etat américain et Joseph Kabila, président congolais, à Kinshasa

John Kerry, le secrétaire d’Etat américain et Joseph Kabila, président congolais, à Kinshasa

« Je crois que le président Kabila a clairement en tête le fait que les Etats-Unis d’Amérique sont intimement convaincus que le processus constitutionnel doit être respecté». C’est en ces termes que le secrétaire d’Etat américain, John Kerry a appelé à Joseph Kabila à ne pas modifier la Constitution congolaise pour se présenter à l’élection présidentielle de 2016.

John Kerry a fait cette déclaration dimanche à l’issue d’une rencontre avec à Kinshasa avec le président congolais. En effet, la Constitution de la RDC limite le mandat présidentiel à deux. Du coup, Joseph Kabila qui finit son deuxième mandat en 2016, ne devra plus se présenter à la prochaine élection présidentielle pour respecter la loi fondamentale du pays.

Le Secrétaire d’Etat américain a clairement précisé que le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, doit respecter la Constitution de son pays qui lui interdit de briguer un nouveau mandat en 2016. « Je crois que le président Kabila a clairement en tête le fait que les Etats-Unis d’Amérique sont intimement convaincus […] que le processus constitutionnel doit être respecté. », a déclaré à la presse John Kerry.

[GARD align= »center »]

Pour M. Kerry, le respect de la constitution est un moyen de renforcement du pays. « Je n’ai aucun doute sur le fait que l’héritage du président Kabila sera défini par les progrès qu’il a fait, en particulier l’année dernière, en vue de la résolution de la question sécuritaire dans l’Est du pays, et sur le plan économique. », a-t-il dit.

Le Secrétaire d’Etat américain saluait ainsi la victoire de l’armée congolaise sur les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23) fin 2013. Pour lui, Joseph Kabila dispose encore d’un temps considérable pour apporter sa contribution à son pays. « Les Etats-Unis d’Amérique pensent qu’un pays est renforcé, que son peuple éprouve du respect pour leur nation et leur gouvernement quand le processus constitutionnel est mis en œuvre comme il convient et qu’on s’attache à le faire respecter », précise John Kerry.

Joseph Kabila, âgé de 42 ans, est arrivé au pouvoir par voie successorale à la mort de son père, Laurent-Désiré Kabila en 2001. Il s’est fait élire en 2006 à l’occasion des premières élections libres de la RDC. Il sera réélu en 2011 à l’issue d’un scrutin contesté par l’opposition et la communauté internationale.

[GARD align= »center »]

Depuis quelques semaines, des voix s’élèvent dans son environnement pour proposer une révision constitutionnelle pour sauter le verrou de limitation de mandat pour lui permettre de s’éterniser au pouvoir.

L’opposition congolaise ne cesse de dénoncer cette stratégie. Elle vient d’avoir un soutien de taille dans sa lutte contre la volonté des pontes du pouvoir congolais de modifier la Constitution.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
John KerrykabilaRDC

Related Articles

Francophonie: « La RDC doit montrer sa volonté de promouvoir la démocratie » (Elysée)

François Hollande a estimé que la République démocratique du Congo (RDC), où doit se tenir le prochain sommet de la

La Ghanéenne Rebecca Asamoah devient la première Miss Afrique

[GARD align= »center »] Une Ghanéenne, Rebecca Asamoah, est devenue ce week-end la première « Miss Continent africain » à Johannesburg, lors du concours

Cinquantenaire de l’Union africaine: Denis Sassou Nguesso plaide pour les Etats unis d’Afrique

25 mai 1963 – 25 mai 2013, cela fait exactement cinquante ans que l’O.u.a (Organisation de l’unité africaine), devenue, par

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. kinshasa
    kinshasa 4 mai, 2014, 17:14

    merci john

    Répondre à ce commentaire
  2. andré-jacques
    andré-jacques 5 mai, 2014, 10:14

    Monsieur Kerry n’a fait qu’enfoncer la clou là ou les congolais scrutait déjà « touche pas à la constitution », il appartient à Monsieur Kabila de convaincre sa majorité présidentielle numériquement minoritaire par rapport à toute la population congolaise! pour briguer un énième mandat !.Qui dit mieux!

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*