RDC : Joseph Kabila mène l’opération de séduction dans l’Est du pays

RDC : Joseph Kabila mène l’opération de séduction dans l’Est du pays
Joseph Kabila à Kisangani

Le Président Joseph Kabila Kabange séjourne à Kisangani, chef-lieu de la Province Orientale

La victoire de l’armée congolaise sur les rebelles du mouvement du 23 mars (M-23) semble ragaillardi le pouvoir de Kinshasa. D’où ce déplacement du président Joseph Kabila, sous forme de tournée dans l’est du pays (la RDC).

Pourtant, malgré la victoire éclaire de son armée sur les mouvements armés dans cette partie du pays, la région reste totalement instable. Certains observateurs estiment qu’il s’agit d’une « opération de charmes », pour montrer la suprématie de l’Etat dans la région.

Toutefois, l’armée de son côté multiplie son appelle en invitant les mouvements armés (milices locales, les milices étrangères) à déposer les armes. Pour la première étape de cette tournée, après seulement trois semaines de la fin des combats sanglants, Joseph Kabila a choisi Kisangani (20 novembre dernier).

Ainsi, après avoir passé deux jours dans cette ville de l’Est, il s’est rendu en début de semaine au chef- lieu de l’Ituri (nord-est), Bunia. Le chef de l’Etat congolais a choisi de placer cette tournée sous un signe fort, celui de la, «restauration de l’autorité de l’État ».

Pour symboliser cette volonté, les autorités de Kinshasa indiquent que le président pourrait même tenir un conseil des ministres, un conseil de sécurité dans la ville de Bunia. En faisant ce trajet de plus de mille kilomètres (1000), le pouvoir central veut certainement prouver à la face du monde que cette partie du pays (l’Est) est totalement sous le contrôle du régime.

[wp_ad_camp_1]

Pour couronner ce succès de l’armée et cette tournée du président dans le nord du pays, le chef de l’armée congolais, Didier Etumba, a lancé un ultimatum aux différents groupes qui sévissent dans la région à déposer les armées sur un ton menaçant. Toutefois, il a indiqué dans un communiqué rendu public que la réinsertion des anciens combattants sera assurée et que les récalcitrants seront traqués à travers le monde.

A en croire la mission des Nations-Unies dans le pays (Monusco), « la débandade des rebelles du M23 suivie de leur reddition en Ouganda suite à l’offensive victorieuse des FARDC (l’armée congolaise) a considérablement amélioré la situation sécuritaire dans les régions jadis sous son occupation ».

Sur le bilan des combats, le général Jean-Lucien Bahuma, commandant de la 8ème région militaire le chiffre à « 201 morts et 680 blessés pour l’armée et 721 morts et 543 hommes capturés, dont 72 Rwandais et 28 Ougandais  du côté rebelle entre le 20 mai et le 5 novembre ».

Cependant, dans le cadre du processus de transfert de compétences aux différentes forces de sécurité du pays,  la police remplace progressivement les militaires qui ont récupéré les zones sous contrôle de l’ex-rébellion avant le retrait des missions des Nations-Unies.

Adama COULIBALY
Dakar-Oeildafrique.com

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
kabilaprésidentRDC

Related Articles

La date du 17 mai n’émeut plus les Congolais

Alors que son éminent cofondateur, Laurent Désiré Kabila, avait tourné en dérision la révolution « afdélienne », d’aucuns s’interrogent encore

RD Congo : L’hôpital du cinquantenaire ou l’inaccessible modernité ?

[GARD align= »center »] Le 22 mars dernier, le Président congolais Joseph Kabila inaugurait en grandes pompes l’hôpital ultramoderne du cinquantenaire à

RDC : Le parc national des Virunga : nouvel eldorado pétrolier ?

L’ONG Global Witness a révèle, mercredi 10 juin 2015, l’existence de transactions financières entre des soldats de l’armée congolaise avec

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*