RDC : Katumbi attaque Kabila, Mende contre attaque

[GARD align= »center »]

Moïse Katumbi

Moïse Katumbi| via Getty Images

Très silencieux et complètement effacé ces dernières semaines y compris lors du conclave de l’opposition tenu récemment à Bruxelles, Moise Katumbi a refait surface, le temps d’une déclaration poignante.

Et puisqu’il connait désormais son principal adversaire, il faut directement passer à l’offensive. Sa cible, tout le monde le sait, c’est Joseph Kabila. Hier mentor, aujourd’hui ennemi à abattre. Et le moment, il est très bien choisi. Il a attendu que le Chef de l’état prononce son discours à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance pour appuyer sur la gâchette.  

Via son compte twitter, l’ancien gouverneur s’est mué en analyste du discours du Chef de l’Etat s’amusant par la suite à en ressortir ce que l’on doit comprendre dans son entendement comme des zones d’ombres et des non dits.

Décryptage

L’ancien gouverneur de l’ex province du Katanga qui séjourne toujours à l’étranger pour raisons des santé n’a pas eu langue de bois. Selon lui, le président congolais a entretenu le flou autour de son avenir politique.

« Lors de son discours, le président Kabila avait l’obligation de rassurer sur son départ le 19 décembre 2016. Cette opportunité ratée et le flou entretenu par ce discours risquent au contraire d’enfoncer notre pays. Le 20 décembre, Joseph Kabila ne dirigera plus la RDC. Il lui revient d’assurer une alternance démocratique »a-t-il dit.

Selon l’ex gouverneur du Katanga l’attitude du Chef de l’Etat actuel « risque de plonger la République Démocratique du Congo dans une crise plus grave ».

Dans la peau d’un adversaire prêt à affronter un combat, il ne cache pas sa détermination.

« Nous ne reculerons devant aucun obstacle. Ni les condamnations, ni le harcèlement auquel nous sommes soumis, ni les violences physiques ne pourront altérer notre détermination. » a lâché le candidat déclaré à la présidentielle.

La réplique  

A une réaction, une contre réaction. C’est une histoire d’une réponse du berger à la bergère.

La déclaration de Moise Katumbi est tombée sur les oreilles d’u certain Lambert Mende. Le porte parole du gouvernement congolais avide des mots à une fois de plus puiser dans la profondeur de sa verge oratoire pour remettre l’ancien gouverneur à l’endroit.

Rien que par son titre, le communiqué publié par le Ministre congolais de la communication et médias annonce les couleurs d’une réaction musclée. Il y est écrit : réaction du gouvernement à la diatribe du 30 juin 2016 de Monsieur Moise Katumbi.

En peu des lignes que d’habitude et de sa nature de loquace hors pair, Lambert Mende a préféré se résumer en des mots concis et précis.

« Cette longue diatribe de Monsieur Katumbi est une tentative pathétique de détourner l’attention et distraire l’opinion publique au sujet de ses multiples ennuis avec la justice qui tente désespérément, et maladroitement de rassembler ses forces pour se défendre du forfait lui reproché. Malheureusement, il a choisi de le faire dans les médias et les réseaux sociaux au lieu de déployer ses arguments devant les juges » a souligné Lambert Mende via son communiqué.  

Voilà tout des ingrédients pour mettre l’huile au feu. Une affaire à suivre.

Freddy Mulumba
Kinshasa – © OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

 

 

 

Freddy Mulumba

Freddy Mulumba

Journaliste basé à Kinshasa, République Démocratique du Congo


Tags assigned to this article:
kabilaKatumbimendeRDC

[fbcomments]

Related Articles

Centrafrique : Catherine Samba-Panza élue pour mener la transition à bon port

[GARD align= »center »] La maire de Bangui, Catherine Samba-Panza a été élue lundi présidente de transition de République Centrafricaine. C’est le

RDC: y a-t-il un pilote au ministère des Congolais de l’étranger ?

Après plusieurs années d’absence, les congolais de l’étranger ont de nouveau un ministère qui leur est dédié. D’abord comme un

Tchad: l’opposition et la Commission électorale à couteaux-tirés avant les élections

[GARD align= »center »] Au Tchad, l’opposition et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sont à couteaux-tirés. La désignation des représentants régionaux,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*