RDC: La demande de l’association journaliste en danger

RDC: La demande de l’association journaliste en danger

La suppression du département du gouvernement était attendue comme un signal fort et un acte concret de la volonté du chef de l’État d’ouverture démocratique et de modernisation de la RDC. 

Depuis l’investiture de Joseph Kabila à la présidence de la République, l’association Journaliste en danger (JED) n’a cessé de plaider pour la suppression du ministère de la Communication et des médias. La récente publication du gouvernement Matata Ponyo a révélé que cette revendication n’était pas dans la vision des autorités du pays. La création d’un ministère des Médias et des relations avec le Parlement auseinde la nouvelle équipe gouvernementale anéantit tous les espoirs de JED de voirles professionnels de médias gérés parle
seul Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Elle consacreune incompatibilité entre les deux institutions poursuivant les mêmes objectifs et par conséquent
peut porter un coup contre la liberté de la presse.

Pour JED, « l’institution et la mise en place, au terme de l’article 212 de la Constitution, du CSAC,une instance publique dotée de vastes pouvoirs de régulationdesmédias,ne s’accommode plus de l’existence d’un quelconque ministère ayant en charge les médias qui a souvent tendance à empiéter sur les prérogatives du CSAC ». À cet effet, l’association avait demandé au Premier ministre de donner suite à sa requête adressée au chef de l’État en rapport avec la suppression pure et simple du ministère de la Communication et des médias ainsi que tout autre ministère en charge de l’Information et de la presse dans la nomenclature des ministères du gouvernement.

La requête de JED, introduite au cabinet du chef de l’État en mars dernier, se fondait, d’une part, sur une disposition en préambule de la loi du 22 juin 1996 fixantlesmodalités de l’exercice de la liberté de la presse, d’autre part, sur le constat de nombreuses atteintes à la liberté de la presse et des interférences répétées, notamment du ministère de la Communication et des médias, dans le travail de la presse, et qui ont réduit sensiblement la marge des manœuvres du CSAC.

Selon la loi du 22 juin 1996, le ministère de la Communication et des médias assumait les fonctions du CSAC en attendant la mise sur pied de ladite structure légale chargée du contrôle et de la neutralité des médias publics.

Jules Tambwe Itagali

 


Tags assigned to this article:
actualitéspolitiquesRDC

Related Articles

RDC: démission du Premier ministre Badibanga

[GARD align= »center »] Le Premier ministre Samy Badibanga a démissionné de ses fonctions jeudi 6 avril. «Il vient de déposer sa

RDC: pour ses partisans, le départ de l’opposant Katumbi a des airs de match interrompu

[GARD align= »center »] « C’est comme une interruption brutale d’un match de football plaisant avant le coup de sifflet final », regrette Sangwa

RDC : la fin de la guerre dans le Kivu passe par la restauration de l’autorité de l’Etat

Une des tâches les plus importantes, mais également les plus difficiles du gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, sera

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*