RDC : la "fraude électorale" reconnue par 3 diplomates congolais

RDC : la "fraude électorale" reconnue par 3 diplomates congolais

Signe du climat pesant qui règne dans la diplomatie congolaise : trois employés de haut rang de l’ambassade de République démocratique du Congo (RDC) à Londres ont dénoncé ouvertement « le climat de terreur » qui règne au sein du gouvernement congolais et les « bourrages d’urnes » lors des dernières élections de novembre dernier. Craignant pour leur sécurité, ils ont dû démissionner de leurs postes et demander l’asile politique à la Grande-Bretagne.

C’est le site internet du Guardian qui révèle l’information. Trois diplomates (premier secrétaire de l’ambassadeur, deuxième secrétaire et secrétaire) de l’ambassade de RDC à Londres ont démissionné de leurs postes et demandé l’asile politique.

Dans une déclaration, citée par le Guardian, les diplomates congolais dénonce le « climat de terreur » que fait régner le gouvernement congolais. Ils accusent ce même gouvernement « d’enlèvements, d’arrestations et des assassinats ».Les trois diplomates ont également affirmé dans leur déclaration qu’il y avait eu « fraude électorale importante et le bourrages des urnes » lors des dernières élections présidentielle et législatives de novembre 2011.

Les trois employés de l’ambassade ont démissionné au début de ce mois de leurs fonctions : « nous avons été accusés par le gouvernement congolais d’avoir pris part à la manifestation de Londres contre le gouvernement en décembre dernier, ce qui n’est pas vrai », affirment-ils. Les diplomates craignant pour leur sécurité ont demandé l’asile à la Grande-Bretagne.

Ces déclarations interviennent dans un climat politique particulièrement tendu à Kinshasa après la réélection contestée de Joseph Kabila. L’opposition affirme que le vote avait été truqué. Les missions d’observations électorales du Centre Carter et de l’Union européenne avaient déclaré que les résultats «manquaient de crédibilité»et Human Rights Watch avait signalé « qu’au moins 24 personnes avaient été tuées par la police » après le vote contesté.

Christophe RIGAUD

logo afkrb.png



Related Articles

Côte d’Ivoire: le chef du FPI demande le retrait de Gbagbo d’élections internes

 [GARD align= »center »] Pascal Affi N’Guessan, le patron du Front populaire ivoirien (FPI), parti créé par l’ex-président Laurent Gbagbo actuellement détenu

Jacob Zuma promet restaurer la stabilité dans l’industrie minière de Marikina

Le président sud africain a assuré lundi rétablir la paix dans le secteur minier touché depuis quelques temps par un mouvement

Football: Aubameyang menacé de sanctions pour son masque de catcheur

[GARD align= »center »] Pierre-Emerick Aubameyang le facétieux s’est attiré les foudres de ses dirigeants de Dortmund en célébrant un but samedi

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. Jeffulungu
    Jeffulungu 22 février, 2012, 17:20

    Ces diplomates rappelés qui font une déclaration, ceci prouve qu’ils sont comme les combattants qui cherchent des arguments pour un asile politique…
    Et rien d’autre, et au fond il ne sont même pas sure de leur dire…

    Répondre à ce commentaire
  2. Jeffulungu
    Jeffulungu 24 mars, 2012, 14:31

    Ces diplomates sont des incapable à la solde des irresponsables qui pense que depuis la Révolution de 1997 jusqu’aujourd’hui, rien ne s’est produit…
    Surtout que depuis qu’ils sont diplomates, ils n’étaient les trafiquants de NGULU, par leur statut de diplomate…
    Sachant très bien qu’ils seront démantelés, ils ont préféré se faire réfugier économiques et pas politiques.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*