RDC: le changement de la constitution reste une possibilité pour Lambert Mende

Lambert Mende, Ministre de la communication en RDC

Lambert Mende, Ministre de la communication en RDC

Dans la guerre de communication que se livre l’opposition politique et la majorité parlementaire, soutient du président Joseph Kabila, on retrouve en première ligne monsieur Lambert Mende, ministre de la communication, et porte parole du gouvernement congolais.

En effet, en dehors de sa conférence de presse hebdomadaire, Lambert Mende multiplie les sorties médiatiques afin d’expliquer, défendre l’idée d’un changement de constitution. Un texte qui limite à deux, le nombre de mandat pour le président de la république; et l’article 220 verrouille toutes tentatives de  révision constitutionnelle.

Interviewé dans l’émission « Nouvelle Donne » diffusée sur la RTNC, la télévision nationale, le ministre Mende revient sur la possibilité de modifier la constitution. Une manière de ramener le débat sur une possible modification du texte régissant la RDC depuis 2006.

« Nous parlons de la théorie de l’acte contraire. Si c’est le peuple qui adopte la constitution. Il peut également le changement. Il n’y a donc pas de violation puisque la constitution prévoit que ceux qui l’ont voté peuvent la changer. » dit Lambert Mende.

Selon le porte parole du mouvement congolais, la modification est donc possible et la voie référendaire peut être substituée par un vote au parlement avec la réunion des deux chambres (Assemblée nationale et Senat).

Le ministre de la communication refuse toutes comparaisons avec les autres pays ayant également modifier leurs constitutions. Pour Lambert Mende, il suffirait de lire le texte congolais pour comprendre qu’une modification est possible.

L’article 220

Concernant ce que l’on qualifie de verrous de la constitution congolaise, Lambert Mende s’étonne et rappelle que l’article 220 n’interdit nullement au congolais de se doter d’un nouveau texte.

« Je n’ai pas vu dans l’article 220, où il est écrit que l’on ne peut pas modifier la constitution. Je n’ai pas vu l’article 220 dire que le peuple congolais ne peut pas se donner une constitution différente de celle-là. Je ne l’ai pas vu. » affirme le ministre de la communication.

Puis d’ajouter: « J’ai vu des matières sur lesquelles on ne peut pas réviser cette constitution. Mais écrire une autre constitution, l’article 220 n’a pas fait allusion à cela. » dit Lambert Mende.

 ______________
Roger Musandji

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
constitutionRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

RDC: un ancien député accusé d’incitation à la haine tribale et écroué

[GARD align= »center »] Un ancien député congolais, membre de la majorité opposé à une révision de la Constitution qui permettrait au

RDC : L’ex-rebelle et ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar en exil à Kinshasa

[GARD align= »center »] L’ex-rebelle et ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar a quitté le Soudan du Sud à la suite des violences

RDC: les transfuges du « G7 » font bloc derrière Moïse Katumbi

[GARD align= »center »] Sept transfuges de la majorité passés à l’opposition au président congolais Joseph Kabila en septembre se sont rangés

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*