RDC : l’Église catholique appelle à une vraie transition démocratique

RDC : l’Église catholique appelle à une vraie transition démocratique

[GARD align= »center »]

L'Eglise catholique en RDC

Les évêques congolais | Archives

L’Eglise catholique a souhaité mardi que l’élection présidentielle prévue pour 2016 en République démocratique du Congo (RDC) soit l’occasion d’une transition véritablement démocratique et a exhorté le président Joseph Kabila à s’effacer du pouvoir à cette date.

Les évêques du pays appellent également la population congolaise à faire preuve de vigilance pour s’opposer par tous les moyens légaux et pacifiques à toute tentative de modification des articles verrouillés de la constitution, indique un communiqué de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).

La constitution de 2006 stipule que le président de la République est élu au suffrage universel pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Cette disposition est verrouillée par l’article 220, selon lequel le principe du suffrage universel et le nombre et la durée des mandats du président de la République (…) ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle.

En 2016, M. Kabila arrivera au terme de son deuxième mandat.

Ce que dit la Constitution est clair, a déclaré le porte-parole de la CENCO, l’abbé Léonard Santedi, lors d’une conférence de presse, et donc les évêques disent cinq ans renouvelables une fois, c’est tout, pour nous (ce qu’il faut) c’est respecter la Constitution.

[GARD align= »center »]

Le message de la Cenco publié à l’issue d’une assemblée plénière des évêques va plus loin et désapprouve également toute sorte d’initiative qui, sans modifier directement l’article 220, viserait à le vider de son contenu essentiel, alors que celui-ci a été conçu pour assurer la stabilité du pays et garantir la nature de l’Etat congolais, qui est une république et non une monarchie.

Le gouvernement a annoncé début juin son intention de déposer un projet de révision constitutionnelle afin d’organiser l’élection des députés provinciaux en 2015 au scrutin indirect alors que, constitutionnellement, cette consultation doit avoir lieu au scrutin direct.

Les évêques, qui avaient déjà mis en garde en février contre une telle manoeuvre, critiquent cette décision qui, estiment-ils, privera le peuple de son droit de désigner ses gouvernants.

Joseph Kabila est arrivé à la tête du Congo en 2001 par succession monarchique à la mort de son père, Laurent Désiré Kabila, qui avait chassé du pouvoir par les armes le dictateur Mobutu Sese Seko en 1997.

[GARD align= »center »]

Elu président en 2006 à l’issue des premières élections libres depuis l’indépendance du pays en 1960, il s’est maintenu à la tête de l’Etat en 2011 à l’issue d’élections à la légitimité contestée par la communauté internationale et l’opposition.

Cette dernière soupçonne M. Kabila d’être prêt à tout pour se maintenir au pouvoir au-delà de 2016 et de vouloir profiter de la procédure de révision constitutionnelle annoncée pour y arriver, d’une manière ou d’une autre.

Le gouvernement dénonce régulièrement ces vues comme relevant du procès d’intention.

L’Eglise catholique, dont les fidèles représentent 40% de la population congolaise, est une voix critique du pouvoir depuis la dictature de Mobutu. Elle a été un des moteurs du processus de démocratisation du début de la décennie 1990.

AFP

[wp_ad_camp_4]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
RDC

Related Articles

CAN 2017 : Paul Biya salue les Lions qui ont mis les Egyptiens « dans la sauce »

[GARD align= »center »] Le président camerounais Paul Biya a salué mercredi à Yaoundé, lors d’une réception au palais présidentiel, le talent

Afrique de l’Ouest : un train pour relier 4 capitales

Le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire et le Niger, pays représentés par leurs ministres des Transports, ainsi que leurs

Affaire DSK: Les accusations sont sur le point de s'effondrer

Les accusations de crimes sexuels à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn sont sur le point de s’effondrer, affirme le New York

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*