RDC: Les heurts de Bukavu font 47 personnes blessées dont des civils et des policiers

RDC: Les heurts de Bukavu font 47 personnes blessées dont des civils et des policiers

[GARD align= »center »]

BUKAVU PANIQUE KAMERHE

Panique dans les rues de Bukavu. (20/02/2014)

Les heurts ayant opposé jeudi des opposants, des policiers et la population à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) 47 blessés. Indique vendredi la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco). La Monusco précise qu’elle a pu rendre visite et écouter les témoignages de 22 blessés parmi lesquels des civils et des policiers.

Marcellin Chisambo, gouverneur de la province du Sud-Kivu, dont Bukavu est la capitale, avait préalablement annoncé le bilan de 37 blessés dont 25 policiers et 12 civils.

Jeudi, des heurts ont éclaté en fin d’après-midi au passage de la caravane de la paix organisée par l’Union pour la nation congolaise (UNC). Les affrontements ont démarré au moment où plusieurs milliers de sympathisants étaient allés accueillir Vital Kamerhe, l’un des principaux chefs de l’opposition, originaire du Sud-Kivu et président de l’UNC.

La police qui cherchait à bloquer la caravane à l’entrée de la ville de Bukavu a tiré à balles réelles pour disperser la foule. C’est alors que des habitants en colère ont brûlé des pneus sur plusieurs artères de la ville, tandis que d’autres montaient des barricades. Ces affrontements entre la police et la population se sont poursuivis jusque tard dans la nuit, selon la société civile du Sud-Kivu.

Des responsables de l’UNC et du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) – la formation du président de la RDC, Joseph Kabila – ont fait part d’altercations violentes entre deux petits groupes de leurs partisans, au cours desquelles les protagonistes se sont mutuellement envoyé des pierres.

Le chef de la Mousco, Martin Kobler a précisé dans la note de son organisation que la responsabilité de ce qui est arrivé est partagée entre les acteurs politiques et des autorités administratives et sécuritaires. « La préservation de la paix et de la sécurité de tous ainsi que le respect des droits de l’homme sont le devoir de chacun », a-t-il dit.

[GARD align= »center »]

Vital Kamerhe, ancien allié de Joseph Kabila a été président de l’Assemblée nationale de 2006 jusqu’à sa disgrâce en 2009. Il était arrivé officiellement en troisième position à l’issue de l’élection présidentielle de 2011, dont les résultats sont dénoncés par l’opposition et les observateurs internationaux. Depuis le mois de décembre il a été empêché de faire le déplacement de Bukavu pour le lancement de sa caravane pour la paix. Ce n’est que cette semaine qu’il a pu se rendre sur sa terre natale. Voilà que les choses tournent aux heurts et aux affrontements qui pourront l’empêcher de poursuivre la caravane dans une province de la RDC minée par plus de deux décennies de guerre.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
bukavuRDC

Related Articles

Un tonton africain soûle dans le bus

Le tonton se lâche contre la France et surtout les arabes.

« L’actualité africaine en 5 titres » du 11 juillet 2016

[GARD align= »center »] RDC : une plateforme de partis politiques centristes Une trentaine de partis politiques ont lancé, samedi 9 juillet

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*