RDC: les partis exclus de la majorité se liguent contre un 3e mandat de Joseph Kabila

RDC: les partis exclus de la majorité se liguent contre un 3e mandat de Joseph Kabila
Joseph Kabila / Dialogue national

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila|Reuters

La plate-forme politique d’opposition dénommée G7, mis en place par les sept partis politiques exclus récemment de la Majorité présidentielle (MP) en République Démocratique du Congo est désormais une organisation politique formelle. La charte a été signée le week-end à Kinshasa.

Selon les responsables, le G7 est une plate-forme va œuvrer pour la matérialisation des valeurs idéales programmées dans l’acte constitutionnel et va aussi lutter pour le respect par tous les Congolais de la constitution et des lois. L’organisation politique veut promouvoir l’alternance démocratique et œuvrer pour l’organisation des élections crédibles et démocratiques.

«Le G7 peut devenir G7 plus selon l’évolution des adhésions des nouveaux membres», indique l’acte constitutif de ce regroupement lu par Christophe Lutundula, président de l’Alliance des démocrates pour les progrès (ADP).

Le G7 est déjà d’attaque. L’organisation demande au gouvernement de cesser des pressions sur la Commission électorale nationale Indépendante (CENI), l’obligeant à ne pas publier le vrai calendrier aménagé. Le G7 insiste sur l’existence du calendrier aménagé et dénonce une absence de volonté d’organiser les élections.

En ce qui concerne la mise en place de la plate-forme, Olivier Kamitatu pense qu’elle est une organisation solide. Charles Mwando explique que la naissance du G7 traduit la détermination de tous ses membres de poursuivre dans le cadre d’une dynamique collective forte et bien structurée leur combat citoyen en vue de la sauvegarde de la Constitution de la République et de l’organisation rationalisée des élections.

Le Mouvement social pour le Renouveau (MSR), l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC), le Parti démocrate-chrétien (PDC), l’Avenir du Congo (ACO), l’Union nationale des démocrates fédéralistes (UNADEF), l’Alliance des démocrates pour les progrès (ADP), l’Union nationale des fédéralistes du Congo (UNAFEC), ont demandé en septembre dernier au président Joseph Kabila, dans une lettre ouverte, de respecter la Constitution en évitant de briguer un troisième mandat. 

Après leur exclusion de la majorité présidentielle, ces partis ont décidé de se liguer et de combattre Joseph Kabila dans sa quête d’un 3e mandat que n’autorise pas la Constitution.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
joseph kabilaRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

RDC – Gaspard-Hubert Lonsi Koko : « Une transition sur fond d’impartialité »

[GARD align= »center »] A l’occasion de la journée du 4 octobre, date historique dont les effets ont débouché à l’indépendance de

M23: Runiga en fuite à la MONUSCO ?

Le M23 est dans une phase d’impasse depuis la signature de l’accord cadre d’Addis-Abeba le 24 février 2013 en présence

Ouganda: le président Yoweri Museveni prête serment pour son cinquième mandat

[GARD align= »center »] Le président Yoweri Museveni, réélu en février pour un cinquième mandat de cinq ans à l’issue d’un scrutin

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*