RDC-Les petits commerces siège gardés pour les nationaux

RDC-Les petits commerces siège gardés pour les nationaux
Les petits commerces pour les nationaux

Une vue des commercants et clients au Marché Municipal de Matete (Kinshasa/RDC), Radio Okapi/Ph. Aimé-NZINGA

Le ministre de l’Économie et du commerce, Jean-Paul Nemoyato Bagebole, a adressé un ultimatum de trente jours à dater du 22 juin 2012 aux étrangers encore récalcitrants dans un communiqué officiel qui devrait, à en croire sa teneur, ouvrir la voie à un suivi rigoureux par la commission invitée « à s’assurer de l’application sans faille de ces mesures ».

La commission réunit en son sein quinze membres provenant de la primature, du ministère de l’Économie, de l’industrie, du commerce extérieur, des Petites et moyennes entreprises ainsi que les délégués de la Fédération des entreprises du Congo, de l’Opec, de l’Hôtel de ville et des organisations socioprofessionnelles exerçant dans le petit commerce et le commerce de détail. En rapport à cette épineuse question sur le petit commerce toujours sans solutions depuis des lustres, le temps de l’observation du nouveau gouvernement semble bien révolu et l’on espère déjà un signe fort du ministère capable de témoigner de l’intransigeance des autorités du pays face à l’obligation pour tout étranger de se conformer aux lois du pays qui l’accueille.

En effet, à cette échéance, aucun étranger ne devrait continuer à exercer des activités dans ce secteur réservé strictement aux nationaux, conformément aux dispositions de l’article 5 du Décret du 11 octobre 2011 promulgué par l’ancien Premier ministre, Adolphe Muzito, portant mesures conservatoires en matière d’exercice du petit commerce et du commerce de détail. Passé ce délai, tous les commerçants étrangers devront orienter leurs activités sur les secteurs autorisés par l’article 2 du même décret, au risque de subirtoute la rigueur de la loi.

Jean-Paul Nemoyato est décidé à obtenir l’observation de cet article 2. Sous réserve des lois en vigueur dans ces secteurs, cet article identifie treize activités principales, à savoir les stations-service, les grandes surfaces (supermarché, quincaillerie, matériels de construction), les restaurations et l’hôtellerie, le commerce des pièces de rechange, la distribution des boissons, le commerce des électroménagers, le transport (terrestre, fluvial, lacustre ou aérien), l’habillement de luxe et la bijouterie, le commerce des véhicules neufs, (vente et location), le commerce des meubles (objet d’ameublement et décoration intérieure) et les officines pharmaceutiques.

Avant l’actuel gouvernement, le premier ministre, Adolphe Muzito, a essayé d’aller loin sur ce dossier en accordant deux mois de sursis aux concernés sans véritables résultats si ce n’est que quelques actions isolées de terrain, notamment la fermeture de quelques petits magasins tenus par des Chinois dans les quartiers populaires qui se sont finalement spécialisés dans la vente des épices, voire de la friperie. En dehors des Asiatiques, les syndicats du secteur ont pointé un doigt accusateur en direction des Angolais et des Ouest-Africains qui s’activent aussi dans le petit commerce etle commerce de détail en toute impunité autour du marché central. Bien entendu, les actions menées surle terrain n’ont eu à ce jour que très peu d’effets.

Laurent Essolomwa

 

 


Tags assigned to this article:
chinoiscommerceétrangerkinshasaPMERDC

Related Articles

RDC: la Cour constitutionnelle estime que Kabila peut rester en fonction après la fin de son mandat

[GARD align= »center »] Le président congolais Joseph Kabila, à qui la Constitution interdit de se représenter, pourra rester en fonctions au-delà

RDC-Afrique du Sud: Etienne Kabila acquitté par la Haute Cour de Pretoria

Accusé et poursuivi pour tentative de renversement du pouvoir de Kinshasa, Etienne Kabila est désormais libre en Afrique du Sud.

RDC : Moise Katumbi annonce sa candidature à la Présidentielle

[GARD align= »center »] C’était prévisible. C’est maintenant officiel. Moise Katumbi a annoncé ce mercredi sa candidature à la prochaine élection présidentielle

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*