RDC: l’opposition congolaise à bout de souffle !

RDC: l’opposition congolaise à bout de souffle !
rdcopposition

Echange houleux entre membres de l’opposition à l’Assemblée nationale de RDC. © Junior D. KANNAH/AFP

Le gouvernement congolais a de nouveau confirmé, par l’intermédiaire de son porte-parole Lambert Mende, la prochaine action politique en vue de réviser certains articles de la Constitution de 2006. L’opposition congolaise va-t-elle réussir à contrer cette tentative ou continuera-t-elle d’éviter une possible confrontation avec le président sortant, Joseph Kabila, lors de la prochaine élection présidentielle ?

Pour faire échouer le projet gouvernemental, l’opposition congolaise a lancé le 4 septembre un nouvel appel à manifester contre l’éventuelle révision de la Constitution qui permettrait au président Kabila de se représenter pour la troisième fois. Réunis dans la paroisse Notre Dame de Fatima de Kinshasa, des représentants de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, de l’UNC de Vital Kamerhe, de l’Ecidé de Martin Fayulu, ainsi que du MPCR et de l’UDEMO ont appelé à une marche de protestation le 13 septembre 2014 à Kinshasa.

De quoi l’opposition a-t-elle peur ?

Pour l’opposition congolaise, une modification de la Constitution serait tout simplement un « Coup d’Etat » et ouvrirait le boulevard qui conduirait Joseph Kabila vers la « Présidence à vie ». Pour d’autres analystes des questions politiques RD Congolaises, comme Gaspard-Hubert Lonsi Koko : 

« la constitution de la RDC est un fourre-tout qui mérite une révision afin de corriger toutes les imperfections de quelques dispositifs, sans pour autant toucher aux articles verrouillés par le législateur. Il existe dans la Constitution congolaise des dispositifs qui relèvent des lois organiques et d’application, lesquels justifient, bien entendu, un besoin réel de la faire évoluer. 

Pour cet essayiste réformiste: « cela ne se fasse pas seulement pour les intérêts du pouvoir en place, ou d’un groupe d’individus », d’autant plus que « le législateur a prévu les modalités selon lesquelles la Loi fondamentale pourrait être modifiée ».

Soutien populaire et élections

Force est de constater l’incapacité de l’opposition congolaise dans un contexte semblable à celui ayant abouti, au Sénégal, à la défaite d’Abdoulaye Wade et dans les mêmes circonstances qui, aujourd’hui, permettent aux Burkinabés d’assumer une confrontation politique afin de faire échec aux plans de Blaise Compaoré. En tout cas, en RDC, les rapports des forces politiques n’ont jamais permis à l’opposition de se coaliser et de s’exprimer d’une seule voix. De même qu’elle n’a jamais su convaincre la population dans l’optique du fameux « soulèvement populaire ».

La dernière manifestation organisée du 3 août dans la commune de Ndjili, à Kinshasa, a été un fiasco en termes de mobilisation. Le pouvoir kinois, mal inspiré face à cette déconvenue, a même donné un coup de main inattendu à l’opposition en ayant arrêté Jean-Bernard Ewanga, un député sous immunité parlementaire et secrétaire général de l’UNC. Un scandale qui fait encore aujourd’hui les titres des journaux. Sa liberté, ainsi que celle d’autres opposants comme Diomi Ndongala, est devenue un préalable à toutes négociations.

Affronter Kabila en 2016

« La population souffre. Le peuple ne supporte plus le pouvoir de Kabila. Le Congolais en a marre de la corruption et son visage est monsieur Kabila … » De Vital Kamerhe à Martin Fayulu, les acteurs politiques de l’opposition ont les mots durs pour qualifier et dénoncer les actions menées depuis bientôt 15 ans par Joseph Kabila. A les écouter, tout est réuni pour battre le président sortant lors des prochaines élections. Un bon nombre d’opposants relèvent que le peuple congolais rejette Kabila, comme les Français le font actuellement avec François Hollande – le président français étant rentré dans l’histoire comme le président ayant battu des records d’impopularité avec 13 % d’opinions favorables.

Tous les arguments possibles sont évoqués, s’agissant l’éventualité d’une défaite  de Joseph Kabila aux prochains enjeux électoraux, sauf l’incapacité à démontrer au monde les insuffisances de ces opposants politiques à réunir, conformément à un dispositif légal, 100 000 signatures contre la révision constitutionnelle que souhaite la majorité présidentielle. 

Roger Musandji
Paris – Oeildafrique.com

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
éléctionskabilaMartin FayuluRDCVital Kamerhe

[GARD align="center"]

Related Articles

RD Congo: Arrêtez de nous distraire avec vos discours vides

« Oui. Les Congolais veulent se débarrasser du  » sourd à la grande capacité d’écoute ». Et après? L’économie, la situation du

Il est moins une à Kinshasa

Les mots manquent pour qualifier la gravité de la situation qui prévaut actuellement au Congo. La commission électorale congolaise s’apprête

« IL FAUT CROIRE EN L’AFRIQUE MAIS PAS EN SES GOUVERNANTS »

[GARD align= »center »] Ils n’accordent que peu de crédit aux africains eux-mêmes, à ces talents, « surdiplômés » ou non, engagés

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*