RDC: Lorsque les « Wewa » tiennent la vedette

RDC: Lorsque les « Wewa » tiennent la vedette
les « Wewa » tiennent la vedette

taxis-motos communement appellés Wewa à Kinshasa

Les conducteurs des motos à Kinshasa font l’objet d’admiration dans certains quartiers, parce que suspectés d’avoir toujours des poches bien garnies.

Il se passe un phénomène assez rocambolesque dans la partie est de la ville capitale où l’activité des motocyclistes communément appelés «Wewa » est réputée très rentable. Ces garnements qui aident souvent la population à gagner des coins reculés et inaccessibles de la ville avec leurs engins sont actuellement devenus la proie de jeunes filles. Ces dernières s’intéresseraient à eux pour le simple fait qu’ils ne crèveraient pas de faim. Avec des courses négociées à hauteur de 500 francs congolais, quel que soit le trajet, ces « Wewa » auraient toujours des poches bien garnies d’autant plus qu’ils atteignent facilement le seuil qui leur est imposé par les propriétaires des motos. Le surplus est un droit acquis.

Aussi s’adonnent-ils à tous les excès, explique-t-on. Au-delà, l’activité en soi leur confère un semblant de bien-être et un certain prestige. En effet, dans une ville où le problème de transport se pose avec acuité, la moto tend à se positionner comme une alternative. Par conséquent, ceux qui en détiennent deviennent des sujets d’admiration. Le comble dans tout ceci, c’est que ces motocyclistes sont généralement sollicités dans certaines manifestations politiques moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. De quoi faire languir plusieurs jeunes filles démunies et en manque de l’essentiel. Tenez : À Masina Pétro Congo, lorsqu’une amie d’un « Wewa » accouche, sa sortie de la maternité est un évènement qui ne passe jamais inaperçu. Les motocyclistes en profitent pour démontrer de quoi ils sont capables. Ils se constituent alors une sorte de cortège en se tenant en file indienne sous les vivats des habitants du quartier.

Klaxons et cris de joie accompagnent le retour héroïque de la femme et du bébé à la maison. Frime et fringue sont présents dans ce qui a tout l’air d’un scenario bien ficelé. Le père de l’enfant, lui, est « sapé » comme jamais auparavant, y compris ses acolytes. Le tout se termine par un flot de bière et de nourriture au grand enchantement des parents qui, souvent, ferment les yeux devant cette forme d’exhibitionnisme éhontée. Ainsi va la vie dans la périphérie est de Kinshasa où le « Wewa » est plus que roi.

 
Alain Diasso

 


Tags assigned to this article:
kinshasataxis-motoTransportwewa

Related Articles

Jeunes contorsionnistes dans les rues de Kinshasa

Un nouveau phénomène a fait son apparition dans les rues de Kinshasa. Lorsqu’on s’y balade ou qu’on décide de prendre un verre dans

La ville de Kinshasa, une architecture du verbe

Par Filip De Boeck Kinshasa n’est certes pas le Congo, mais elle en est le cerveau, les yeux, les poumons

Les annonces d'emplois à Kinshasa

A Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo on assiste à des affiches de toute sorte. Ici, un

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*