RDC: l’ouverture des concertations nationales reportées à samedi

RDC: l’ouverture des concertations nationales reportées à samedi

L’ouverture des concertations nationales destinées à sortir la République démocratique du Congo d’une crise politique, sociale et sécuritaire a été reportée de mercredi à samedi, a-t-on appris mardi auprès du secrétariat chargé d’organiser ces discussions.

L’ouverture des concertations a été repoussée au 7 septembre à cause de l’agenda du chef de l’Etat (Joseph Kabila), qui doit ouvrir une réunion de la CIRGL, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, a déclaré à l’AFP un membre du secrétariat, sous couvert d’anonymat.

Jeudi à Kampala, capitale de l’Ouganda, Joseph Kabila doit assister au 7e sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CIRGL. Il doit s’y rendre avec son ministre de la Défense, Alexandre Luba Ntambo, et celui des Affaires étrangères, Raymond Tchibanda, a indiqué une source à la présidence à Kinshasa.

La CIRGL assure la médiation dans la crise entre Kinshasa et la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), actif depuis mai 2012 au Nord-Kivu, province riche et instable de l’est de la RDC. Ses hommes réclament la pleine application de l’accord de 2009 ayant régi leur intégration dans l’armée, après qu’ils avaient quitté un autre groupe armé.

Des experts de l’ONU accusent le Rwanda et l’Ouganda, voisins de la RDC, de soutenir le M23, ce que ces deux pays démentent.

Du 23 au 30 août, l’armée et la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco) ont mené une offensive musclée contre le M23. Après de violents combats, la rébellion s’est retirée à une trentaine de kilomètres de Goma, capitale du Nord-Kivu, et appelle à la reprise du dialogue de sortie de crise à Kampala – au point mort depuis des mois.

Joseph Kabila, réélu en 2011 dans des circonstances contestées, avait promis pour début 2013 des concertations nationales. Fin juin, il a signé une ordonnance précisant qu’elles porteraient sur la gouvernance, l’économie, le désarmement des groupes armés, les conflits communautaires et la décentralisation.

La plupart des partis d’opposition ont refusé de participer à ces concertations, estimant notamment que leur cadre ne répond pas aux recommandations de l’ONU.

Mardi après-midi à Kinshasa, une centaine de jeunes ont défilé devant la Monusco pour la soutenir dans son engagement militaire dans l’Est et montrer que la jeunesse est mobilisée pour les concertations nationales, ont constaté des journalistes de l’AFP.

La marche s’est ensuite dirigée vers le Parlement, siège des concertations. Les jeunes ont pu circuler librement dans les rues sans que la police n’intervienne pour les disperser.

Avec l’AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
concertationnationaleRDC

Related Articles

Mali: Les rebelles révèlent avoir bénéficié du soutien de la France

[GARD align= »center »] Les rebelles touaregs qui ont envahi le nord-Mali depuis deux ans, notamment le Mouvement national pour la liberation

Teodoro Obiang Nguema demande aux Etats africains membres de se retirer de la CPI

On n’a pas fini avec le débat sur le retrait des Etats Africains de la Cour pénale internationale (CPI). Devant

Centrafrique : Faustin Archange Touadera investi nouveau président pour 5 ans

[GARD align= »center »] Élu à l’issue du second tour de l’élection présidentielle du 14 février dernier, Faustin Archange Touadera, le nouveau

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*