RDC : L’UE exige le respect des droits de l’opposition dans la perspective des prochaines élections

RDC : L’UE exige le respect des droits de l’opposition dans la perspective des prochaines élections

[GARD align= »center »]

l’opposant Vital Kamerhe

L’opposant Vital Kamerhe

Dans un communiqué publié lundi soir à Kinshasa, la délégation de l’Union européenne en République démocratique du Congo (RDC) a demandé au pouvoir de respecter les droits de l’opposition. Cet appel fait suite aux empêchements répétés de l’opposant Vital Kamerhe, un ancien candidat à la présidentielle de 2011, de se rendre à Goma, dans l’Est de la RDC.

« Dans la perspective des prochaines élections locales, provinciales, législatives et présidentielle d’ici à novembre 2016, il est important de protéger l’exercice de la liberté d’expression, de respecter les droits de l’opposition, d’assurer un espace politique ouvert et de garantir la liberté de mouvement ainsi que l’indépendance et l’impartialité de la justice », indique la représentation de l’Union Européenne dans sa note.

Dans son communiqué, la délégation européenne fait savoir qu’elle est inquiète concernant des entraves et des restrictions de déplacement dont certains responsables politiques de l’opposition ont été récemment l’objet, avant de préciser que le dernier cas en date concerne le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), M. Vital Kamerhe.

En effet, c’est depuis le mois de décembre que Vital Kamerhe et son parti politique ont programmé la Caravane pour la paix dans l’Est de la RDC mais il a toujours été empêché de quitter Kinshasa. L’opposant qui est arrivé officiellement à la troisième place à l’issue de l’élection présidentielle contestée de 2011, n’a pas pu quitter la ville de Kinshasa dimanche à bord d’un vol d’une compagne commerciale. Il s’est l’accès au tarmac de l’aéroport de Kinshasa où l’avion l’attendait avec les membres de son parti.

Le parti de Vital Kamerhe a indiqué au mois de janvier que le pouvoir de Joseph Kabila aurait sortie une note d’interdiction de sortie du territoire à son président. Note interne qui se trouverait à la Direction générale de migration (DGM). Ce contre quoi le gouvernement s’est toujours inscrit en faux, avançant pour sa part qu’une enquête est en cours et implique M. Kamerhe.

Rappelons que Vital Kamerhe est un ancien allié du président congolais Joseph Kabila, et aujourd’hui l’un de ses opposants les plus actifs.

La délégation européenne a également avancé les résolutions récentes par lesquelles l’Union Interparlementaire a exprimé sa préoccupation sur plusieurs cas de harcèlements récents à l’encontre de parlementaires. Mais la représentation européenne n’a pas précisé les députés en question. « Les partis politiques doivent être à même de jouer le rôle prévu par la Constitution de la République démocratique du Congo. Nous continuerons à suivre le processus électoral de très près », indiqué la délégation de l’UE.

[GARD align= »center »]

On se souvient que les élections de novembre 2011, remportées par le président Kabila et ses alliés ont été entachées de nombreuses irrégularités. Des manquements relevés par des missions d’observation nationales et étrangères, dont les experts de l’Union Européenne qui est réticente à apporter de nouveaux appuis à la RDC. L’annonce faite en décembre 2012 à ce sujet est claire. L’UE ne réévaluerait son soutien au pays qu’en fonction de la bonne tenue des prochaines étapes du processus démocratique congolais. Allusion faite aux élections locales, législatives, puis présidentielles de 2016 qui doivent être plurielles, libres, démocratiques et transparentes.

© Oeildafrique.com

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
oppositionRDCUE

Related Articles

RDC: tensions à Lubumbashi pour l’anniversaire de la sécession katangaise

[GARD align= »center »] Les forces de l’ordre étaient déployées en nombre vendredi à Lubumbashi, deuxième ville de la République démocratique du

Centrafrique: Michel Djotodia fait le ménage pour avoir la main ; 3 ministres limogés, les fonds publics gelés

 [wp_ad_camp_3] C’est le début du ménage dans le gouvernement de transition de la Centrafrique. Dimanche, le Président de la transition,

Centrafrique: Suspension de Moussa Dhaffane, 2e vice-président de la coalition Séléka

[GARD align= »center »] Les principaux dirigeants centrafricains de l’ex-coalition Seleka ont suspendu le 2e vice-président de la coalition, Mohamed Moussa Dhaffane,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*