RDC : Moïse Katumbi s’attaque à Kabila devant les parlementaires européens

[GARD align= »center »]

L'eurodéputée Cécile Kyenge et l'opposant congolais Moïse Katumbi, le 7 septembre 2016 à Bruxelles. © Capture d'écran

L’eurodéputée Cécile Kyenge et l’opposant congolais Moïse Katumbi, le 7 septembre 2016 à Bruxelles. © Capture d’écran

Alors que le dialogue national débuté le 1er septembre dernier bat son plein entre débat, refus et échec dans la démarche de convaincre les réticents, Moïse Katumbi lui poursuit son opération séduction sur le plan international.

Où est passé Moïse Katumbi ? Bonne question. La réponse : toujours en dehors du pays. Précisément en europe. Et oui, si vous l’avez cherché ce mercredi 7 septembre, c’est au parlement Européen qu’il fallait le trouver.

Katumbi à l’offensif

L’ancien gouverneur de l’ex Katanga devenu depuis opposant a participé à une conférence sur les Droits de l’Homme, la démocratie et l’alternance en Afrique où il a été invité. Le temps pour lui d’évoquer la situation l’actualité de l’heure dans son pays la République Démocratique du Congo. Et comme c’est le cas depuis qu’il a rejoint le camp de l’opposition, Katumbi n’a pas été tendre envers son ancienne famille politique.

Premier sujet abordé, le dialogue national en cours. Comme l’on pouvait s’y attendre, Moïse Katumbi a balayé ce rendez-vous national. « C’est un monologue. Comment peut-on tenir un dialogue sans Etienne Tshisekedi, le premier opposant congolais ? » S’est-il interrogé.

Une façon pour lui de démontrer à nouveau son rapprochement avec le leader de l’opposition qui campe sur sa position de rejet en bloc du dialogue. Toujours à propos du dialogue, l’ancien gouverneur a été très critique vis-à-vis de ces opposants qui refont le chemin inverse, parlant de cette frange de l’opposition qui prend part au dialogue. Même s’il ne les a pas cités nommément, l’on sait comprendre qu’il fait allusion notamment à Vital Kamerhe dont la présence est fortement remarquable dans ces assises. Une décision que ne cautionnent pas le Rassemblement et le G7, deux principaux mouvements de l’opposition qui ont maintenu leur refus.

« Kabila doit quitter le pouvoir »

Autre sujet abordé, ce sont les élections dans le pays. Alors que le scrutin semble de plus en plus hypothétique en raison du temps restant pour l’organisation, Katumbi lui reste inflexible. Il commence par rassurer de sa présence au pays pendant les élections. « Je suis congolais et je vais participer aux élections » a-t-il déclaré avant de lancer : « La Ceni doit convoquer la Présidentielle le 19 décembre 2016. Il n’ya pas de négociation sur ça. Kabila doit quitter le pouvoir à cette date là »

Concernant le récent massacre des civils par les rebelles ougandais ADF dans la ville de Beni, il a plaidé pour l’institution d’un tribunal international pour juger les auteurs de ces tueries.

Sacré Katumbi dans ses œuvres.

Freddy Mulumba

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

Freddy Mulumba

Freddy Mulumba

Journaliste basé à Kinshasa, République Démocratique du Congo


Tags assigned to this article:
kabilaMoise KatumbiRDC

[fbcomments]

Related Articles

Congo : l’opposition crée sa commission électorale, le gouvernement dénonce une insurrection

[GARD align= »center »] Commission technique électorale (CTE), c’est le nom d’une structure que viennent de lancer les cinq candidats de l’IDC-FROCAD,

RDC: le gouvernement annonce la fermeture des sociétés fabriquant des sachets non biodégradables

Le ministre de l’Industrie, petites et moyennes entreprises, Remy Musungayi, a affirmé mercredi 30 janvier que les entreprises qui continuent

Présidentielle en Centrafrique: le parti de François Bozizé s’allie à l’un des grands favoris

[GARD align= »center »] Le parti de l’ex-président François Bozizé, dont la candidature à la présidentielle de dimanche en Centrafrique a été

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*