RDC : mouvement contre la hausse de prix de l’Internet

[GARD align= »center »]

Image d'archive|© DR

Image d’archive|© DR

Alors que dans le monde entier la grande tendance est à faciliter l’accès à internet à tous jusqu’au plus démunis en prenant par exemple des initiatives de gratuité pour internet, en République démocratique du Congo, les choses semblent tourner dans le sens contraire.

Depuis quelques semaines, la population assiste impuissante à la hausse systématique des prix de l’internet fourni par les opérateurs télécoms. A titre d’exemple, au jour d’aujourd’hui avec l’équivalent de 1 dollars américains on ne s’offre que 60 Mégabytes de connexion internet contrairement aux 80 mégabytes auparavant.

Jusque là aucune explication officielle n’a été donnée aussi bien par les télécoms que par le gouvernement congolais à travers le ministère des Nouvelles technologies de l’information et de la communication qui gère le secteur.

Des conséquences !

Comme on peut s’y attendre, cette augmentation vertigineuse et brusque des prix d’accès à l’internet entraine avec elle un lot des conséquences à impact négatif sur la population.

Au rang des pénalisés figurent entre autres les médias ainsi que les entrepreneurs du numérique. En RDC, actuellement la majorité des  médias congolais ont migré vers le digital et le numérique. Les grands médias traditionnels ont pris l’habitude de proposer leur contenu à travers des réseaux sociaux ainsi que leur site web. A coté de cela, il se constate une montée en puissance des pure players, cette nouvelle tendance des activités commerciales via internet. Une augmentation des prix de l’internet courcircuite naturellement cette nouvelle pratique aussi bien chez ceux qui proposent des offres que chez leurs destinataires.

Débourser un peu plus pour avoir accès à internet est également synonyme d’un casse tête de plus pour une population qui vit déjà avec l’équivalent de moins d’un dollar américain le jour. Que dire de la catégorie émergente des étudiants et chercheurs, grands usagers d’internet pour leurs recherches, formation et autre? Ils en souffrent à coup sûr.

Une vague d’initiatives en réaction

Une certitude. Cette situation ne profite aucunement ni à la population moins encore aux milliers des consommateurs d’internet. A une action, une réaction, voilà ce qu’il faut comprendre à la suite de quelques actions et initiatives.

Parmi elles, la démarche du député national, Patrick Muyaya auteur d’une missive au membre du gouvernement congolais en charge du secteur de l’internet.

«Nous avons constaté à partir du 10 mai une hausse difficile à expliquer des tarifs d’Internet mobile. Cette hausse du prix est vertigineuse. Je voudrais bien que le vice-premier ministre et ministre de PTNTIC viennent nous expliquer d’autant plus qu’il y a quelques jours il s’est mobilisé pour obtenir que sur le marché que le cout des cartes prépayées ne suive pas les fluctuations du franc congolais. »A-t-il dit dans sa lettre adressée au Vice premier Ministre, ministre des Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Si la lettre est restée sans suite jusqu’à ce lundi, cela n’empêche pas le déploiement d’autres initiatives allant dans le même sens. Le cas d’une opération récemment lancée par un journaliste de télévision appelant les abonnés à 7 jours du 20 au 27 juin prochain sans consommer de crédit téléphonique en protestation contre la hausse du prix de l’internet.

A cette série d’initiatives, il faudrait également signaler, l’opération « Nuits debout », certainement la plus concrète de toutes. L’idée est de mobiliser la population kinoise à un rassemblement tous les soirs de 19h00 à 23h30 à partir du 11 juin devant l’Hôtel du gouvernement. Un mouvement que les initiateurs pensent arrêter après avoir obtenu gain de cause. Afin de recenser un maximum de personnes, les initiateurs ont même crées le hastag #NuitsDeboutDekin pour donner corps à l’événement.

Au delà de ces diverses initiatives, la question qui se pose avec insistance est celle de savoir si cette haute de prix de l’internet se justifie par l’objectif d’accroitre l’assiette fiscale ou dans un objectif noir de restreindre l’accès à internet pour des raisons politiques comme c’est souvent le cas ces derniers temps dans le pays.

Freddy Mulumba
Kinshasa – © OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]

 

 

 

Freddy Mulumba

Freddy Mulumba

Journaliste basé à Kinshasa, République Démocratique du Congo


Tags assigned to this article:
hausseinternetprixRDC

[fbcomments]

Related Articles

RDC: reprise vendredi du procès de deux militants arrêtés à Kinshasa

Le procès de deux jeunes militants congolais arrêtés mi-mars à Kinshasa reprendra vendredi devant le tribunal de grande instance de

les responsables des atrocités commises à l’Est de la RDC « devraient être arrêtés et traduits en justice», selon Human Rights Watch

Human Rights Watch (HRW), ONG américaine de défense des droits de l’Homme, estime que la RDC ne devait conclure aucun

Mise en garde du Kenya sur la présence de jihadistes étrangers

Les étrangers venus combattre dans la Corne de l’Afrique aux côtés des islamistes shebab somaliens poseront à terme un problème

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*