RDC: les négociations pour une sortie de crise se prolongent

[GARD align= »center »]

Des habitants du quartier de Mombele, le 19 décembre 2016 à Kinshasa, en RDC

Des habitants du quartier de Mombele, le 19 décembre 2016 à Kinshasa, en RDC

Les négociations se prolongeaient vendredi pour sortir de la crise politique provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo, où la médiation restait confiante sur la possibilité d’un dénouement rapide.

La signature d’un accord ne devrait cependant pas avoir lieu vendredi, comme annoncé la veille.

« C’est illusoire de penser à une signature aujourd’hui » (vendredi), a déclaré à la mi-journée une source à la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui assure la médiation des négociations.

Mais « on peut aboutir à un consensus en plénière cet après-midi », a-t-elle ajouté, en référence à la séance plénière convoquée à 14h00 (13h00 GMT) pour adopter les termes définitifs de l’accord. « La signature pourrait alors intervenir entre Noël et le Nouvel An », a estimé cette source.

Le président de la conférence des évêques catholiques, Mgr Marcel Utembi, avait sommé mercredi les participants de trouver un accord « avant Noël ». Sinon, « la Cenco en tirera toutes les conséquences qui s’imposent », avait-il ajouté.

L’objectif semblait quasiment atteint jeudi soir, après des travaux en commission et une séance plénière. Les négociateurs s’étaient quittés en affichant un certain optimisme, laissant leurs juristes finaliser la rédaction de l’accord avant une cérémonie de signature vendredi.

Un document de travail posant les grandes lignes d’un accord ayant fait l’objet d’un consensus en commission, consulté par l’AFP, prévoit l’instauration d’une période de transition politique permettant à M. Kabila de rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur à l’issue d’un scrutin qui devra être tenu « fin 2017 ».

Mais, selon la source de la Cenco, les tractations finales butaient encore sur deux points en fin de matinée : la question de la composition de la commission chargée d’organiser les élections et celle du partage des rôles pour le gouvernement du pays pendant la période de transition politique.

Âgé de 45 ans, Joseph Kabila est au pouvoir depuis 2001. La Constitution lui interdit de se représenter. Après le report sine die de la présidentielle qui aurait dû avoir lieu cette année, son second mandat s’est achevé mardi dans un climat de violences meurtrières.

Joseph Kabila en quelques dates:

[GARD align= »center »]

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
joseph kabilapolitiqueRDC

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC FOOTBALL: DRAME À KANANGA

La rencontre de la 7ème journée de D1 entre l’US Tshinkunku et Sanga Balende (0-0) s’est conclue par une flambée

RDC: décès de la veuve de Patrice Lumumba à Kinshasa

[GARD align= »center »] Pauline Lumumba, la veuve de Patrice Lumumba, héros de l’indépendance de la RDC, est décédée mardi matin à

RDC: La 1ere session parlementaire de la nouvelle assemblée nationale a eu lieu

Le secrétaire général de l’assemblée, Patrick Madjubule a procédé à l’installation du bureau provisoire composé du doyen et des deux

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*