RDC: Protéger « de toute urgence » les civils des combats entre Bantous et Pygmées

Le HRW appelle la RDC à protéger les civils pris dans les combats entre des milices bantoues et pygmées

Le HRW appelle la RDC à protéger les civils pris dans les combats entre des milices bantoues et pygmées

La République démocratique du Congo doit protéger « de toute urgence » les civils victimes d’affrontements meurtriers qui, depuis 2013, opposent des milices bantoues et pygmées dans le sud-est du pays, a déclaré mardi Human Rights Watch (HRW).

« Les meurtres et le déplacement généralisés de civils » suite aux attaques des milices dans le nord de la province du Katanga « montrent la nécessité pour le gouvernement de protéger les civils de toute urgence », déclare l’ONG américaine de défense des droits de l’Homme dans un rapport.

Depuis 2013, un conflit oppose l’ethnie bantoue luba, majoritaire, à celle des Pygmées du sous-groupe batwa. Longtemps marginalisés, méprisés et exploités, les Pygmées cherchent depuis quelques temps à faire reconnaître leur droits mais leurs revendications se heurtent au refus des populations bantoues.

Les affrontements entre milices des deux groupes rivaux, dotées essentiellement d’armes traditionnelles (arcs et flèches, machettes), ou les attaques de civils par des combattants, se soldent souvent par des tueries, des pillages ou des incendies de villages.

« Protéger les civils de toutes les communautés qui sont en grave danger doit être la priorité du gouvernement dans le nord du Katanga. Mais les problèmes sous-jacents à la violence ne seront pas résolus tant que les droits fondamentaux des Batwas, longtemps opprimés, ne seront pas respectés », souligne HRW.

Lors d’ »un des pires incidents récents, le 30 avril », des combattants luba ont « attaqué un camp de personnes déplacées près de la ville de Nyunzu, rappelle HRW. « Les assaillants ont réduit le camp en cendres et tué au moins 30 hommes, femmes et enfants appartenant à la communauté marginalisée Batwa (…) à coups de machette, de flèches et de hache. Des dizaines d’autres personnes sont portées disparues et il est à craindre qu’elles soient mortes », écrit HRW.


Tags assigned to this article:
human rights watchpygméesRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Les relations entre la RDC et l’ONU dans une mauvaise passe

L’armée congolaise a reçu l’ordre de cesser toute collaboration avec la Monusco Les relations entre le gouvernement de la République

RDC: cimetière de la Gombe abandonné par les services d’entretiens

En RDC le 1er août est une double célébration, celle des parents et des morts. Il est de coutume de

Le meurtre de deux Congolais aux assises de l’Isère, 14 ans après

Trafic d’uranium, putsch contre Kabila ou barbouzerie ? La cour d’assises de l’Isère exhume lundi la nébuleuse affaire du meurtre

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*