RDC: reprise du procès de l’ancien chef de guerre Germain Katanga

[GARD align= »center »]

L'ancien chef de guerre congolais Germain Katanga devant la Haute Cour militaire, le 3 février 2016 à Kinshasa, en RDC | AFP/Archives | PAPY MULONGO

L’ancien chef de guerre congolais Germain Katanga devant la Haute Cour militaire, le 3 février 2016 à Kinshasa, en RDC | AFP/Archives | PAPY MULONGO

Le procès de l’ancien chef de guerre congolais Germain Katanga pour crime contre l’humanité a repris vendredi à Kinshasa devant la Haute Cour militaire de la République démocratique du Congo après huit mois de suspension.

Germain Katanga et ses six coaccusés ont comparu à l’audience ouverte peu après 12h00 (11h00 GMT) dans ce procès qui avait été suspendu en juin 2016.

Ils sont poursuivis pour « crime de guerre, crime contre l’humanité et participation à un mouvement insurrectionnel » dans la région aurifère de l’Ituri (nord-est de la RDC).

La Cour a ouvert l’instruction de l’affaire avant de la suspendre afin de « permettre à la défense de s’imprégner du dossier ». La prochaine audience aura lieu dans huit jours.

Auparavant, l’un des accusés avait affirmé que le mouvement politico-militaire auquel les accusés appartenaient (FNI/FRPI, Front des nationalistes intégrationnistes/Forces de résistance patriotiques en Ituri) « n’avait rien d’insurrectionnel » mais « travaillait avec le gouvernement pour défendre l’intégrité territoriale » menacé par des rébellions soutenues par des pays voisins de la RDC.

Pour la première fois depuis le début de ce procès en février 2016, les familles des victimes se sont constituées partie civile.

Âgé aujourd’hui de 38 ans, Germain Katanga était le commandant des FRPI, l’une des nombreuses milices constituées sur une base essentiellement ethnique qui se sont affrontées de 1999 à 2007 pour le contrôle de l’Ituri, au cours d’un conflit qui aurait fait jusqu’à 60.000 morts.

Il avait été promu général de brigade dans l’armée congolaise fin 2004 en échange de la reddition de sa milice.

Arrêté en 2005 par les autorités congolaises, le général Katanga avait alors été livré en 2007 à la Cour pénale internationale (CPI), qui l’a condamné en 2014 à 12 ans de prison pour complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour l’attaque d’un village ayant fait environ 200 morts en 2003.

Transféré à Kinshasa pour purger la fin de sa détention, il devait être libéré en janvier 2016 mais les autorités ont alors annoncé leur intention de le juger pour « d’autres crimes » commis en Ituri.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
justiceRDC

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC: Ce que révèle le centre Carter sur les résultats des élections

Après la publication des résultats déclarant Joseph kabila vainqueur, la mission d’observation électorale du Centre Carter estime que les résultats de

Afrique du Sud: un nouveau meurtre alourdit le bilan des victimes du conflit minier

Un homme a été tué samedi soir en marge des violents conflits sociaux qui agitent le secteur des mines en

RDC : L’UDPS et alliés s’organisent contre les initiatives d’un maintien au pouvoir de Kabila

[GARD align= »center »] Pas de Joseph Kabila à la tête de la République Démocratique du Congo au-delà de 2016. C’est la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*