RDC / Rwanda : Le mystère des cinq corps du Nord-Kivu s’épaissit

RDC / Rwanda : Le mystère des cinq corps du Nord-Kivu s’épaissit

[GARD align= »center »]

RDC

|Archives ( BELGAIMAGE)

La confusion est grande quant à l’identité et les circonstances qui entourent la mort des cinq corps retrouvés à la frontière congolo-rwandaise le 11 juin dernier. Les déclarations contradictoires se multiplient entre Kigali et Kinshasa tandis que la région s’enlise dans le conflit .

Le torchon brûle entre Kigali et Kinshasa. Selon des informations de la BBC, les cinq individus tués dans le Nord-Kivu lors des affrontements entre les forces armées de la RDC (FARDC) et les forces armées rwandaises (FAR), seraient des soldats congolais. Le média britannique a recueilli le témoignage d’un médecin militaire qui aurait examiné les corps à l’hôpital militaire de Goma après les heurts qui ont eu lieu le mercredi 11 juin dernier.

[GARD align= »center »]

Mais qu’en est-il réellement ? S’agit-il de soldats ou alors de simples civils ? Sont-ils congolais ou rwandais ? Auraient-ils été exécutés ? Sur le terrain la querelle continue. La ministre rwandaise des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo évoque une légitime défense suite à un incident avec les soldats congolais. Mais du côté de la RDC, on dénonce un crime infâme et réclame une « suite légale internationale » selon le porte du gouvernement congolais Lambert Mendé. Ce dernier avait reconnu, la semaine dernière, la perte d’un caporal qui aurait été « enlevé à 7h du matin » puis « abattu publiquement » par les soldats rwandais.

« Dans l’après-midi, il y a eu des rumeurs – qu’ils ont commencé à faire courir – qu’ils avaient tué quatre autres militaires. Et ils ont demandé à la Croix-Rouge rwandaise de remettre à la Croix-Rouge congolaise les corps de ces quatre personnes, que notre armée n’identifie pas, que personne ne connaît chez nous, sauf qu’ils ont des tenues des FARDC » avait t-il expliqué. Et d’ajouter : « Ils ont tous une balle dans la tête, il y en a un qui a subi un étranglement. Ce sont des gens qu’ils ont abattus et qu’ils ont déployés pour faire croire à une attaque de la RDC ». La thèse de l’exécution reste donc, selon Kinshasa, la plus plausible dans cette affaire.

[GARD align= »center »]

Cependant, lors d’une conférence de presse vendredi, la Ministre rwandaise Louise Mushikiwabo a démenti toute attaque de la part de son pays et plus encore la thèse d’une exécution de soldats congolais. Selon elle, les FAR ont riposté suite à un « un incident avec des soldats congolais qui ont traversé la frontière et se sont retrouvés dans le district de Busasamana ». Le conflit viendrait donc des congolais qui seraient entrés en territoire rwandais sans autorisation.

« Le premier incident, c’était le matin, une personne est morte. Un groupe beaucoup plus important de soldats est revenu plus tard pendant la journée. Quatre personnes sont mortes » a indiqué la ministre, précisant que ce sont bien des soldats congolais et non des civils qui sont victimes de cet affrontement.

Des enquêtes sur les circonstances du décès des cinq personnes ont été menées par la Commission élargie de vérification. Il s’agit d’experts rwandais et congolais mandatés par la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs, afin de surveiller la frontière entre la RDC et le Rwanda. Leurs conclusions n’ont pas été rendues publiques.

Marie Hélène SYLVA
Paris – Oeildafrique.com

[wp_ad_camp_4]

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
RDCrwanda

Related Articles

Mali: ATT a officiellement démissionné

Le président malien Amadou Toumani Touré, renversé par un putsch le 22 mars, a officiellement démissionné, a annoncé dimanche la

RDC: L’accord-cadre des pays du Grand-Lacs en examen à Addis-Abeba en marge du sommet de l’UA

Un accord-cadre pour la région des grands lacs En marge du sommet de l’Union africaine qui s’est déroulé du 30

Madagascar: Les forces de défense et de sécurité s’opposent à tout changement anticonstitutionnel

A Madagascar, les Forces de défense et de sécurité regroupant l’armée, la gendarmerie et la police ont déclaré samedi qu’elles

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*