RDC: Seul contre tous, le Gouvernement congolais fonce dans la révision constitutionnelle

RDC: Seul contre tous, le Gouvernement congolais fonce dans la révision constitutionnelle

[GARD align= »center »]

Le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila

Le Président de la RDC Joseph Kabila

Malgré les voix qui se lèvent contre tout projet de révision constitutionnelle en République Démocratique du Congo (RDC) sur le plan international ainsi que la contestation de l’opposition et de la société civile sur le plan interne, le gouvernement congolais fonce, la tête baissée dans son ambition d’offrir un pouvoir à vie à Joseph Kabila.

C’est à l’issue du Conseil des ministres tenu lundi à Kinshasa, que le gouvernement a adopté quatre nouveaux projets de loi, dont celui relatif  à la révision de certains articles de la Constitution. Les autres textes portent sur le processus électoral.

Lambert Mende, le porte-parole du Gouvernement explique que le réaménagement permettra de doter chaque niveau d’élections de dispositions légales particulières afin de faciliter leur organisation.

«Cette évaluation a mis à jour la nécessité de réaménager le cadre légal qui régit les élections dans notre pays. Il s’agit pour le gouvernement de corriger les faiblesses qui ont été à la base des dysfonctionnements observés lors de ces deux scrutins et, d’autre part, de finaliser la décentralisation au moyen de l’organisation effective des élections au niveau local», a expliqué M. Mende.

[GARD align= »center »]

Le porte-parole du Gouvernement congolais ajoute que le réaménagement se justifie par le résultat d’une certaine évaluation des élections de 2006 et 2011.

Ainsi, les quatre projets de loi adopté par le Gouvernement portent sur les élections urbaines, les élections municipales et locales, les élections provinciales et sénatoriales, des gouverneurs et vice-gouverneurs, les élections présidentielle et législatives et sur la révision de certains articles de la constitution.

«Il paraît en effet indispensable d’élaborer les règles simples et adaptés aux moyens disponibles. Chaque niveau d’élections sera ainsi doté des dispositions légales particulières qui recadrent l’organisation», a précisé Lambert Mende.

Dans le communiqué du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement ne précise pas les articles de la constitution qui sont visées par la modification constitutionnelle, la deuxième du genre de la loi fondamentale promulguée  le 18 février 2006, si cela venait à se réaliser.

[GARD align= »center »]

De son côté, la classe politique congolaise est divisée sur le projet de modification. Le parti au pouvoir veut amender l’article 220 de la constitution qui empêche Joseph Kabila de briguer un troisième mandat. Mais l’opposition et la Société civile, soutenues dans leur position par les Etats-Unis, excluent toute possibilité de révision de la loi fondamentale qui offrirait un pouvoir à vie au président sortant de la RDC.

Le ministre congolais Lambert Mende tente de justifier le «coup de force» de son camp par le fait que la loi de 2006 aurait révélé dans son application des difficultés d’ordres divers.

«L’opinion se souvient qu’une seule loi fixe aujourd’hui les conditions d’organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales », indique le ministre des Médias.

La classe politique de l’opposition, les associations non gouvernementales, les confessions religieuses ainsi que la communauté internationale s’opposent à cette démarche qui représente le signe d’une régression dans le processus démocratique en Afrique. C’est ainsi que l’opposition a lancé une campagne «touche pas à mon 220».

[GARD align= »center »]

Pour rappel, l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région de Grands lacs et la RDC, Russ Feingold, a insisté sur la nécessité de Washington de voir la RDC organiser l’élection présidentielle avant fin 2016. Ceci, dit-elle, dans le respect de l’actuelle Constitution. Avant, le Secrétaire d’Etat américain John Kerry avait déclaré au sortir d’un entretien avec Joseph Kabila que le Chef de l’Etat congolais avait tout intérêt à laisser le pouvoir à la fin de son mandat en ne modifiant pas la Constitution.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
RDC

Related Articles

Jean Ping toutes griffes dehors: «Le pouvoir d’Ali Bongo s’est attaqué aux origines chinoises de mon père»

 [GARD align= »center »] L’ancien président de la commission de l’Union africaine, Jean Ping est passé à la contre-attaque, après l’interview du

La SocGen modernise son interface DAB

Par WhatYouWrite En passant au distributeur de billets, quelle ne fut pas ma stupeur de découvrir une nouvelle interface destinée

Afrique du Sud : Nelson Mandela « réagit positivement au traitement »

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, âgé de 94 ans, a de nouveau été hospitalisé dans la nuit de mercredi à

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Job Simeon
    Job Simeon 11 juin, 2014, 16:30

    Et voilà Mende mis face à ses propres propos. Il a toujours prétendu que son maître n’allait pas réviser la constituton.va t-il démissionner? Pas si sûr. Le gâteau est trop juteux pour l’ancien terroriste pour qu’il le lâche.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*