RDC: Tabu Ley Rochereau a eu des funérailles nationales et laisse son nom sur une avenue à Kinshasa

RDC: Tabu Ley Rochereau a eu des funérailles nationales et laisse son nom sur une avenue à Kinshasa

[wp_ad_camp_3]

La dépouille mortelle de Tabu Ley

La dépouille mortelle de Tabu Ley

Pascal Tabu Ley, roi de la rumba congolaise décédé le 30 novembre à Bruxelles peut désormais reposer en paix après els funérailles nationales organisées en sa mémoire ce lundi par la République démocratique du Congo a organisé lundi des funérailles nationales à Kinshasa. La cérémonie s’est déroulée au Palais du Peuple à Kinshasa en présence des plus hautes autorités de la RDC et du Congo Brazzaville, des artistes.

Avant l’office, le président de la république, Joseph Kabila, les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, Aubin Minaku et Léon Kengo, et le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo avaient déposé une gerbe de fleurs devant le cercueil en bois blanc de Seigneur Rochereau couvert du drapeau national et exposé depuis samedi soir sous un dais blanc dans le grand hall du Parlement. La messe de funérailles a été célébrée au sein même du Parlement par Mgr Joachim Mbadu, évêque émérite de Boma (Ouest de la RDC).

Les façades du Palais du Peuple étaient pavoisées de portraits géants du défunt. Joseph Kabila, le chef de l’Etat congolais a salué les qualités d’ambassadeur de la musique moderne de Tabu Ley Rochereau. Parlant au nom de tous les musiciens du pays, Koffi Olomidé a demandé aux autorités congolaises de faire en sorte que le 30 novembre reste à jamais le jour de la fête de la rumba congolaise. « Au paradis, Mozart, Beethoven […] et tous les autres sont confrontés à une vrai concurrence avec l’arrivée de celui qu’on appelait aussi Seigneur Rochereau », a déclaré Koffi Olomidé.

Un des fils du chanteur, Péguy Tabu, a interprété plusieurs succès de son père, comme Adios tete. A la suite de la cérémonie, le Corps de Tabu Ley Rochereau a été acheminé par des hommes de la police nationale vers le Cimetière Nécropole de N’Sélé où il a été inhumé. La nécropole est le cimetière récent et huppé à la périphérie de Kinshasa. En raison de ces funérailles, le gouverneur de la ville-province de Kinshasa, André Kimbuta a décrété férié ce lundi.

[wp_ad_camp_2] 

Il a au cours de la cérémonie que l’avenue Tombalbaye, dans le nord de la capitale, s’appellerait désormais l’avenue Tabu Ley. Auteur de près de 2.000 chansons, Tabu Ley a été le premier à adopter la batterie dans la Rumba congolais et qui a fait connaître la musique congolaise dans le Monde. Il fut le premier musicien africain à se produire sur la scène parisienne de l’Olympia, en 1970 avec ses Rocherettes, à l’heure où Claude François faisait danser la France avec ses Claudettes.

Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
RDCTabu ley

Related Articles

Plaidoyer pour l’humanisation des conditions à l’ex-prison centrale de Makala

Dans un rapport, la Fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP) a démontré que ce lieu d’incarcération surpeuplé est devenu

RDC: 9 civils tués par de présumés rebelles ougandais

 [GARD align= »center »] Neuf civils ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi à Oicha, une localité dans l’est

Publicité RD Congo : Livio

Ne lui demandez surtout pas son secret au risque qu’elle vous donne un coup de ballet.

1 commentaire

Espace commentaire
  1. roger
    roger 10 décembre, 2013, 11:56

    c’est tout ce que les autorités de kinshasa savent faire. d’ailleurs EDINGWE moto na ngenge vous a déjà mis en garde à qui s’évertuera de lui rendre ce semblant hommage le jour de sa mort

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*