RDC : un Belge condamné à vingt ans de prison

RDC : un Belge condamné à vingt ans de prison
Une vue du palais de justice de Kinshasa

Une vue du palais de justice de Kinshasa

Un citoyen belge accusé de viols sur deux filles congolaises de 11 et 13 ans en République démocratique du Congo a été condamné à vingt ans de prison à Kinshasa, a-t-on appris mardi auprès de l’avocat des victimes.

Septuagénaire, Jacques Francis Bellize (bien : Bellize) dont le procès s’était ouvert en mars a été condamné lundi à un total de vingt ans de prison et à payer des dommages de 15.000 dollars américains (14.200 euros, NDLR) pour chacune des victimes, a indiqué à l’AFP Me Petrous Mutamba, avocats des victimes.

Nous avons plaidé coupable pour une des victimes, car Francis a reconnu les faits envers elle, a déclaré à l’AFP l’avocat de la défense, Me Patrick Mutombo.

M. Bellize est un malade mental, mais les juges n’ont pas tenu compte des objections que nous avons soulevées: nous avons demandé l’expertise d’un médecin psychiatrique mais on n’en a pas tenu compte, a ajouté Me Mutombo.

On a demandé […] qu’on l’expulse pour qu’il parte purger sa peine chez lui mais on a tout refusé, a encore dit l’avocat, nous allons interjeter appel pour demander la réduction de sa peine et son expulsion de la RDC.

Au moment de son arrestation en mars, M. Bellize était en séjour irrégulier en RDC depuis 2011, selon la police congolaise. Il doit purger sa peine à la prison de Makala, la grande prison de Kinshasa, où il avait été écroué après son arrestation.

Selon Me Mutombo, M. Bellize, infirmier à la retraite, marié en secondes noces à une Congolaise, aujourd’hui décédée, s’est installé à Kinshasa en 2006.

Jeannine Mabunda, représentante du chef de l’Etat en charge de la lutte contre les violences sexuelles, qui avait porté le procès de M. Bellize à l’attention des médias, avait affirmé à la presse le 9 avril qu’il était un récidiviste.

Les fois passées lorsqu’il avait été attrapé, il avait été expulsé, à la demande de son ambassade, vers son pays d’origine, mais il revient à chaque fois, avait-elle ajouté.

Me Mutombo dément ces allégations, parlant de contre-publicité à l’encontre de son client.

Interrogé par l’AFP sur cette affaire, le consulat de Belgique à Kinshasa a refusé de faire le moindre commentaire.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
justiceRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Kinshasa : manger un jour sur deux ou trois

Dans cette famille de Kinshasa, enfants et parents ne mangent parfois qu’un jour sur deux ou trois. Depuis que le

RDC: L’opposition projette une primaire pour choisir son candidat unique pour la présidentielle

[GARD align= »center »] En vue de se donner des chances de remporter la prochaine élection présidentielle devant le candidat du pouvoir,

RDC: Plusieurs sièges de partis d’opposition incendiés

[GARD align= »center »] Après une journée qui devait faire place à une manifestation « pacifique » organisée par l’opposition congolaise. La capitale congolaise

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*